Show simple document record

dc.contributor.advisorVandal, Gillesfr
dc.contributor.authorLaplante, Karinefr
dc.date.accessioned2014-05-15T13:28:43Z
dc.date.available2014-05-15T13:28:43Z
dc.date.created2002fr
dc.date.issued2002fr
dc.identifier.isbn0612806111fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/2326
dc.description.abstractAprès vingt ans de coopération, les relations entre les États-Unis et la Chine connaissent une crise majeure en juin 1989, lors du massacre de Tiananmen. L'opinion publique américaine se montre outrée et réclame des sanctions sévères à l'endroit du gouvernement chinois. Cependant, pour des raisons économiques et stratégiques, le président choisit de préserver la relation bilatérale. Il lui faut mettre de l'avant une argumentation susceptible de redorer l'image de la Chine. George Bush n'arrive pas à personnaliser les préoccupations américaines, malgré l'aspect moral de sa politique. Bill Clinton propose un mode de gestion des relations internationales différent. Il oriente sa politique à l'endroit de la Chine vers l'aspect commercial et parvient à rejoindre directement les intérêts de l'opinion américaine. À la fin de son second mandat, l'argument moral est évacué du discours, cédant la place aux intérêts économiques des Américains.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Karine Laplantefr
dc.titleDe l'outrage à la coopération la Chine dans le discours présidentiel américain, 1989-2000fr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineHistoirefr
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humainesfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM.A.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record