Show simple document record

dc.contributor.advisorMétayer, Christinefr
dc.contributor.authorBlais, Mélaniefr
dc.date.accessioned2014-05-15T13:28:39Z
dc.date.available2014-05-15T13:28:39Z
dc.date.created2002fr
dc.date.issued2002fr
dc.identifier.isbn0612805662fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/2316
dc.description.abstractAu XVIIIe siècle, la France compte, parmi ses diffuseurs d'informations, les nouvellistes à la main parisiens. Sous un régime où l'écrit ne doit circuler parmi la population que s'il a été au préalable censuré, les nouvellistes diffusent leurs nouvelles à la main par la poste ou directement à leurs abonnés, souvent sans avoir passé leurs articles sous les yeux des autorités. Par ce fait, ils deviennent une menace à l'ordre public aux yeux de la police. Ils subiront la répression policière principalement parce qu'ils exercent un métier libre, privilégient des modes d'organisation regroupant plusieurs individus et rédigent des articles au contenu"dangereux" pour la police. Mais cette dernière, ne pouvant les réprimer dans leur totalité, se voit contrainte à une tolérance, et ce, dû principalement au déclin de l'absolutisme et à la progression, tout au long du siècle, de la liberté d'expression.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Mélanie Blaisfr
dc.titleUne plume pour écrire, une feuille à envoyer les nouvellistes à la main à Paris au XVIIIe sièclefr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineHistoirefr
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humainesfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM.A.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record