Show simple document record

dc.contributor.advisorJacques-Jouvenot, Dominiquefr
dc.contributor.advisorCouturier, Yvesfr
dc.contributor.authorAubry, Francoisfr
dc.date.accessioned2014-05-09T17:48:12Z
dc.date.available2014-05-09T17:48:12Z
dc.date.created2011fr
dc.date.issued2011fr
dc.identifier.isbn9780494833209fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/204
dc.description.abstractRésumé : Les métiers d'aide-soignante, en France, et de préposés aux bénéficiaires, au Québec (Canada) (AS/PB) sont placés au bas de la hiérarchie organisationnelle des organisations gériatriques (EHPAD, en France, et CHSLD, au Québec). Les AS/PB détiennent néanmoins une fonction centrale dans ces organisations puisqu'ils doivent réaliser des actes d'accompagnement et d'hygiène auprès des personnes âgées dépendantes. Nous avons cherché à comprendre comment se transmettent les compétences professionnelles pour les membres de ces métiers. Deux solutions sont fréquemment données : pour les AS/PB, les compétences détiennent un caractère naturel; celles-ci ne seraient pas transmises, mais possédées naturellement. Les directions d'établissement, quant à elles, tendent à démontrer l'importance de la formation dans la libre acquisition des compétences. Nous avons choisi de suivre un autre cheminement de recherche. Nous avons étudié le processus d'intégration des nouvelles recrues dans les organisations gériatriques. 47 entretiens biographiques ont été réalisés auprès d'AS/PB, ainsi que 30 heures d'observation. Nos résultats nous ont prouvé que le fait de devenir AS/PB est largement conditionné par le jugement des pairs lors de l'intégration des nouvelles recrues dans l'organisation. Il semble ainsi qu'une sélection se réalise concernant celles et ceux qui pourront obtenir une place dans l'organisation gériatrique et un emploi d'AS/PB. Cette sélection prend sens lorsque l'on considère les difficiles conditions de travail subies par ces acteurs professionnels. La formation ne permet pas aux recrues de connaître les difficultés engendrées principalement par le manque de personnel et les absences à répétitions. Ces difficultés conduisent la majorité des acteurs à un désenchantement consécutif à l'écart entre l'image idéalisée du métier (le relationnel) et la réalité organisationnelle. Le groupe de pairs, lors de la phase d'orientation, juge préalablement les nouvelles recrues considérées aptes à « pouvoir-faire » les tâches malgré les difficiles conditions de travail. Les compétences professionnelles requises ne se limitent plus aux compétences domestiques. D'autres compétences tacites sont transmises aux recrues jugées compétentes par le groupe de pairs. Elles ont pour but l'utilisation collective de stratégies de contournement de la souffrance au travail. L'intégration a également une place centrale car elle est à la base d'une construction identitaire de la nouvelle recrue. Par le jugement des pairs (l'identité pour autrui), la représentation de soi (l'identité pour soi) tend à se transformer. Les acteurs sont amenés à se présenter comme des individus ayant eu depuis toujours le goût à devenir AS/PB. Pourtant, l'étude de leur trajectoire professionnelle nous permet de considérer qu'ils sont majoritairement touchés par des ruptures biographiques. On assiste ici à un véritable phénomène d'habilitation, c'est-à-dire de construction du professionnel compétent. En effet, par l'habilitation, les acteurs tendent à oublier le processus social qui les a conduits à occuper ce métier, et à présenter leur trajectoire professionnelle comme une continuité homogène. Le processus d'intégration possède de grandes similarités entre la France et le Québec. Le groupe de pairs détient une fonction intégrative importante dans les deux contextes. Il possède également une fonction solidaire, bien plus importante en France qu'au Québec. Face aux jugements critiques des aidants familiaux, le groupe de pairs au Québec ne défend pas nécessairement ses membres. La responsabilité individuelle est plus souvent mise en avant. A contrario, en France, la solidarité des membres du groupe de pairs est essentielle. Mais celle-ci ne permet pas aux aides-soignantes de profiter des remarques valorisantes des aidants familiaux, qui auraient pu accroître leur reconnaissance collective.||Abstract: Nurse's aides (called aides-soignantes) in France, and nurse's aides (called préposés aux bénéficiaires), in Quebec (Canada) (AS/PB), are placed at the bottom of the organizational hierarchy of geriatric organizations (EHPAD in France and CHSLD in Quebec). The AS/PB still hold a central role in these organizations because they must perform acts of support and health among older dependant people. We tried to understand how professional skills are transmit [i.e. transmitted] for members of these occupations. Both solutions are frequently given: for AS/PB, skills have a natural character, they would not be passed, but naturally possessed. Managers of organizations, in turn, suggest the importance of learning the free skills. We chose to follow another path of research. We have studied the integration of new recruits in the geriatric organizations. 47 biographical interviews were conducted with AS/PB, and 30 hours of observation. Our results have shown that to become AS/PB is largely determined by peer judgment during the integration of new recruits into the organization. It thus appears that selection takes place for those who can secure a place in the organization and a geriatric use of AS/PB. This selection makes sense when we consider the difficult working conditions faced by these professional actors. The training does not allow recruits to experience the difficulties caused mainly by lack of staff absences and rehearsals. These difficulties lead most players to a disenchantment resulting from the gap between the idealized image of the trade (the relationship) and the organizational reality. The peer group during the orientation phase, the judge previously considered suitable for new recruits"can-do" tasks despite the difficult working conditions. The skills required are no longer limited to domestic skills. Other tacit skills are passed on to recruits deemed competent by the peer group. They aim to use collective strategies to circumvent the problems at work. The integration also has a central role because it is the basis of identity construction of the new recruit. By peer judgment (the identity for others), the representation of self (identity for itself) tends to change. Actors are asked to present themselves as individuals who had always been the taste to become AS/PB. However, the study of their professional career allows us to consider that they are mostly affected by biographical breaks. We are witnessing here is a real phenomenon of « habilitation », that is to say construction professional. Indeed, by habilitation, the actors tend to forget the social process that led them to take this job and to submit their professional career as a homogeneous continuity. The integration process has strong similarities between France and Quebec. The peer group has an important integrative function in both contexts. It also features an integral, although higher in France than in Quebec. Faced with the critical judgments of caregivers, the peer group in Quebec do not necessarily defending its members. Individual responsibility is more often highlighted. In contrast, in France, the solidarity of the group of peer is essential. But it does not allow aides to enjoy the rewarding comments of caregivers, which could increase their collective recognition.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© François Aubryfr
dc.subjectTransmission des compétences professionnelles
dc.subjectPréposés aux bénéficiaires
dc.subjectFrance
dc.subjectQuébec
dc.titleLa transmission des compétences professionnelles des aides-soignantes et des préposés aux bénéficiaires dans les organisations gériatriques en France et au Québec comparaison internationale sur le rôle central de l'intégration à l'organisation comme processus d'habilitation des nouvelles recrues par le groupe de pairsfr
dc.typeThèsefr
tme.degree.disciplineGérontologiefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en gérontologiefr
tme.degree.levelDoctoratfr
tme.degree.namePh.D.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record