Show simple document record

dc.contributor.advisorMalo, Marie
dc.contributor.authorBoivin, Marie-Pierfr
dc.date.accessioned2023-01-20T17:18:09Z
dc.date.available2023-01-20T17:18:09Z
dc.date.created2022fr
dc.date.issued2023-01-20
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/20026
dc.description.abstractLa santé psychologique au travail est un sujet d’étude de plus en plus populaire, tant dans la communauté de recherche que dans les milieux de pratique. Malgré des efforts de recherche importants, certaines composantes du phénomène demeurent peu claires et peu délimitées. Parmi ces composantes plus floues, on retrouve le fonctionnement de l'individu, c’est-à-dire sa capacité à s’ajuster à son environnement de travail (Malo et al., 2016). Sur le plan pratique, les défis croissants auxquels sont exposés les individus dans le cadre de leur travail font appel à leur capacité d’adaptation en plus de mettre leur santé psychologique au travail à rude épreuve. À la lumière de ces constats, la présente thèse par articles visait à enrichir la conceptualisation du fonctionnement de l’individu au travail et à contribuer de manière novatrice à l’avancée des connaissances sur la santé psychologique au travail. Pour ce faire, trois études qualitatives ont été menées auprès de psychologues du travail et des organisations. Ancrée dans les théories interactionnelles, la première étude a permis d'approfondir la compréhension de plusieurs patrons de réponses non ajustées au travail dans un contexte où les conditions pour un ajustement réussi sont présentes. Cette étude a aussi rendu possible l’exploration de nombreuses manifestations affectives, comportementales et cognitives facilitant la reconnaissance des individus rencontrant des défis d’ajustement à leur environnement de travail. Au total, 17 patrons de réponses non ajustées à l’environnement de travail ont été examinées selon la conjugaison des approches phénoménologiques et centrées sur la personne. Afin de contribuer à l’explication de ces patrons de réponses non ajustées et des constats transversaux mis en exergue par les analyses, quatre modèles conceptuels ont été proposés. Chacun des modèles s’appuie sur une théorie différente (p. ex., théorie de la conservation des ressources, théories de l’affirmation de soi, théorie des échanges sociaux et théorie des attributions). Cette pluralité de cadres théoriques permet de mettre à l’épreuve la cohérence et la plausibilité des explications formulées en les comparant à la littérature actuellement disponible. Cette approche se joint aux efforts visant à briser les silos entre les disciplines de recherche pour contribuer à l’intégration des connaissances en psychologie du travail et des organisations. Réalisée dans une perspective centrée sur les gestionnaires et les organisations et appuyée sur le modèle tripartite et le modèle IGLOO, la deuxième étude a permis de documenter les réponses d’ajustement au travail d’individus face à diverses ressources rendues accessibles par des gestionnaires et des organisations pour faire face à leurs réponses non ajustées. L'analyse thématique des entrevues a permis de mettre en lumière plus de 200 réponses individuelles émises face à 14 stratégies managériales souvent utilisées pour aider les individus dans les difficultés rencontrées en emploi. Cette étude est également arrivée à la conclusion que peu importe le nombre et le type de stratégies déployées, lorsqu’un individu émet des réponses non ajustées à son environnement de travail, celles-ci tendent à croître en nombre et en sévérité jusqu’à la rupture permanente, temporaire, ou anticipée, du lien d’emploi. Plutôt que d’indiquer qu’il n’y a rien à faire pour améliorer la capacité d’ajustement de l’individu à son environnement de travail, les résultats soulignent la nécessité de réaliser une analyse rigoureuse des besoins individuels et organisationnels ainsi que des conditions de succès présentes avant de déployer une intervention visant à optimiser le fonctionnement de l’individu au travail. Sur la base de ces constats, des pistes d'intervention ont été proposées aux gestionnaires et aux organisations qui tentent sans succès de favoriser l'ajustement au travail de leurs employés. Enfin, la troisième étude a permis de proposer une conceptualisation et une opérationnalisation enrichies de l’ajustement cognitif au travail, une composante du fonctionnement de l’individu au travail qui renvoie à la compréhension qu’a l’individu de son travail (Malo et al., 2016). En s'appuyant sur le modèle IGLOO (Nielsen et al., 2018), cette étude a jeté un nouvel éclairage sur les dimensions et les manifestations de l’ajustement cognitif au travail. L’analyse thématique de 28 entrevues individuelles a mis en évidence 34 manifestations de l'ajustement cognitif au travail, observables à 5 niveaux. En cohérence avec cette conceptualisation élargie du construit, 22 nouveaux énoncés enrichissent l’opérationnalisation de l’ajustement cognitif au travail afin de contribuer à mieux saisir et évaluer le niveau de compréhension de l’individu quant aux diverses dimensions de son travail. Pour conclure, la démarche de recherche rigoureuse réalisée dans le cadre de l’exercice doctoral marque un important jalon dans la compréhension de la capacité de l’individu à s’ajuster à son environnement de travail. Les diverses perspectives, propositions conceptuelles et opérationnelles qui découlent de la thèse offrent aux chercheurs et aux praticiens des pistes de réponses et de réflexion pour mieux reconnaître, expliquer et mesurer le fonctionnement de l’individu dans son organisation.fr
dc.language.isofrefr
dc.language.isoengfr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Marie-Pier Boivinfr
dc.subjectSanté psychologique au travailfr
dc.subjectFonctionnement individuel au travailfr
dc.subjectAjustement au travailfr
dc.subjectAjustement cognitif au travailfr
dc.subjectInteraction individu-organisationfr
dc.subjectAnalyses centrées sur la personnefr
dc.subjectModèle IGLOOfr
dc.titleVoyage au centre du fonctionnement de l’individu au travail : premières escales vers une opérationnalisation enrichiefr
dc.typeThèsefr
tme.degree.disciplinePsychologiefr
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humainesfr
tme.degree.levelDoctoratfr
tme.degree.namePh.D.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record