Show simple document record

dc.contributor.advisorSmeesters, Cécilefr
dc.contributor.authorTelonio, Alessandrofr
dc.date.accessioned2014-05-15T12:41:28Z
dc.date.available2014-05-15T12:41:28Z
dc.date.created2011fr
dc.date.issued2011fr
dc.identifier.isbn9780494833216fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/1964
dc.description.abstractÀ ce jour, aucune étude n'a déterminé l'influence de la direction de la perturbation sur l'habileté à rétablir l'équilibre pour éviter une chute chez les jeunes adultes et les personnes âgées. Également, aucune étude n'a encore établi lesquelles des capacités sensori-motrices, perceptuo-sensorielles et cognitives influencent le plus cette habileté. L'objectif général de cette thèse de doctorat est donc d'établir si la direction de la perte d'équilibre ainsi que l'âge influencent la performance du rétablissement de l'équilibre à la limite du possible et, lesquelles des capacités d'un groupe de jeunes adultes et d'un groupe de personnes âgées en santé sont les plus corrélées avec la performance dans chaque direction. Pour ce faire, nous avons déterminé l'angle d'inclinaison maximal vers l'avant, l'arrière, le côté dominant et non-dominant à partir duquel 16 personnes âgées (64-83 ans) et 16 jeunes adultes (18-30 ans) en santé pouvaient être soudainement relâchées et tout de même rétablir leur équilibre en faisant un seul pas. Les capacités sensori-motrices (ex : vitesse de pas, force musculaire), les capacités perceptuo-sensorielles (ex : temps de réaction) et les capacités cognitives (ex : attention, fonctions exécutives) des participants ont été évaluées à l'aide d'une batterie de tests cliniques et, certaines d'entre elles, lors de la tâche de rétablissement de l'équilibre. Les effets de l'âge et de la direction de la perte d'équilibre ont d'abord été déterminés par une analyse de variance avec mesures répétées. Les capacités cliniques et les mesures de performances qui prédisent le mieux l'angle d'inclinaison maximal ont ensuite été déterminées par régression linéaire multiple. Finalement, l'effet des angles d'inclinaison initiaux incrémentaux sur Ies mesures de performance a été déterminé par modèle de régression linéaire à croissance non conditionnelle. L'angle d'inclinaison maximal est, globalement, 32% plus grand chez les jeunes adultes que chez les personnes âgées. Cet angle maximal est 31% plus petit pour l'arrière et 23% plus petit pour le côté comparé à l'avant. La diminution de l'angle maximal avec l'âge était également 41% plus petite pour l'arrière comparé aux autres directions d'inclinaison. Ces différences d'angle maximal semblent être dues à des variations dans les paramètres liés à l'initiation, l'exécution et la géométrie de la réponse. La puissance musculaire des membres inférieurs est la variable clinique la plus associée à la performance du rétablissement de l'équilibre (R[indice supérieur 2] =47- 75%) tandis que c'est la vitesse du pas qui est la mesure de performance expérimentale la plus corrélée à l'angle maximal (R[indice supérieur 2] =61-83%). Finalement, une corrélation linéaire élevée existe entre l'angle d'inclinaison incrémental et la vitesse de pas moyenne (pseudo R[indice inférieur epsilon][indice supérieur 2] =72-92%), la vitesse de pas maximale (pseudo R[indice inférieur epsilon][indice supérieur 2] =68-92%) et la longueur du pas (pseudo R[indcie inférieur epsilon][indice supérieur 2] =39-72%). Les résultats de cette thèse démontrent que : a) la direction de la perturbation et l'âge influencent l'habileté à rétablir l'équilibre, b) l'aptitude clinique la plus associée à cette habileté est la puissance musculaire des membres inférieurs, c) la variable expérimentale la plus associée à cette habileté est la vitesse du pas, d) cette dernière, ensemble avec la longueur du pas, augmente avec la difficulté de la tâche de rétablissement de l'équilibre. Les variables cliniques et expérimentales sont donc en accord car puissance musculaire des membres inférieurs et vitesse du pas sont physiquement liées. Nous avons ainsi démontré que pendant le rétablissement de l'équilibre la synergie entre les capacités sensori-motrices d'un individu joue un rôle fondamental dans sa réussite ou son échec. Ceci devrait aider à mettre en place des programmes de prévention plus ciblés et donc, plus efficaces.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Alessandro Teloniofr
dc.subjectMesure de performancefr
dc.subjectAptitudes cliniquesfr
dc.subjectDirectionfr
dc.subjectÂgefr
dc.subjectPerturbation posturalefr
dc.subjectÉquilibrefr
dc.subjectChutefr
dc.titleEffets de l'âge et de la direction de la perte d'équilibre sur l'habileté à rétablir l'équilibre et éviter une chutefr
dc.typeThèsefr
tme.degree.disciplineGénie mécaniquefr
tme.degree.grantorFaculté de géniefr
tme.degree.levelDoctoratfr
tme.degree.namePh.D.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record