Show simple document record

dc.contributor.advisor[non identifié]
dc.contributor.authorLaperriere, Francine
dc.date.accessioned2021-06-28T17:39:22Z
dc.date.available2021-06-28T17:39:22Z
dc.date.created1983
dc.date.issued1983
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/18511
dc.description.abstractAu cours des dernières années sur le bassin de la rivière Montmorency il s'est produit des crues hivernales importantes lors de changements météorologiques favorables à un apport considérable d'eau à la rivière. Connaissant l'importance des surfaces dénudées sur le ruissellement d'un bassin et sachant que la forêt du bassin Montmorency est exploitée par plusieurs compagnies, on a tenté d'analyser l'influence du déboisement dans ce bassin sur les crues hivernales en aval de celui-ci. Une analyse de la superficie approximative des coupes forestières des dernières années dans la région de la rivière Montmorency en relation avec les périodes de crues a été faite. Elle nous a permis de constater qu'à l'exception d'une seule crue hivernale elles se sont toutes produites durant la période de coupe sur le plus grand sous-bassin de la rivière Montmorency, celui de la rivière des Neiges, qui est relativement accidenté. Mais les conditions climatologiques lors de tous ces événements étaient, statistiquement parlant, exceptionnelles. De plus les surfaces possiblement dénudées lors de ces hivers ne représentaient que 3-4% de la superficie totale du bassin. On peut donc difficilement attribuer ce ruissellement important au phénomène de déboisement sur le bassin. Il semble que les débâcles hâtives ont été fortement influencées par les conditions climatologiques qui prévalaient durant ces périodes de crue et par les caractéristiques géographiques et hydrographiques du bassin. Une analyse des caractéristiques hydrologiques du bassin a fait ressortir deux phénomènes qui à première vue semblent avoir un lien avec l'effet du déboisement sur le régime annuel d'écoulement. Le premier phénomène est une désynchronisation de la crue de printemps (mai au lieu d'avril depuis 1977) à l'embouchure du bassin et le second un faible débit d'étiage d'été. La désynchronisation s'est produite sur tous les bassins voisins de celui de la Montmorency, sur la rive nord du St-Laurent. Le caractère régional de ce phénomène nous permet d'affirmer que les conditions climatologiques ont eu une influence sur cette désynchronisation puisque ces bassins ne sont pas tous exploités comme celui de la rivière Montmorency. Les faibles débits d'étiage d'été se sont produits lors de périodes de fortes précipitations depuis 1978. La rétention de surface est donc importante sur le bassin et elle ne peut être attribuée qu'à la rétention par la végétation de surface étant donné le caractère imperméable du sous-sol du bassin. Tout comme durant la saison de crue printanière, le déboisement n'a donc aucun effet appréciable sur les caractéristiques hydrologiques du bassin durant la saison estivale.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Francine Laperrière
dc.subjectDéboisement
dc.subjectCanada
dc.subjectEau
dc.subjectApprovisionnement
dc.subjectForêts
dc.subjectHydrologie forestière
dc.titleEffet du déboisement sur le régime d'écoulement de la rivière Montmorency
dc.typeEssai
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durable
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM. Env.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record