Show simple document record

dc.contributor.advisorDorceus, Sabruna
dc.contributor.authorDeslandes, Eugéniefr
dc.date.accessioned2021-06-09T20:47:59Z
dc.date.available2021-06-09T20:47:59Z
dc.date.created2021fr
dc.date.issued2021-06-09
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/18427
dc.description.abstractMalgré une amélioration de la situation des femmes sur le marché du travail et de la législation en matière d’égalité et d’équité en emploi, cet essai montrera que les femmes restent sous-représentées, moins employées et moins payées que les hommes, notamment dans les postes de niveau supérieur. Les grandes organisations, particulièrement, se démarquent en termes d’inégalités, et ce, même s’il semble y avoir plus d’opportunités. Dans les études québécoises, canadiennes et internationales sur la situation des femmes cadres supérieures dans les grandes organisations, pourtant, l’information manque sur les barrières perçues par ces femmes ; peu de recherches examinent les particularités des grandes organisations. L’objectif de cet essai est donc d’identifier les barrières professionnelles perçues par une femme cadre supérieure dans une grande organisation québécoise et d’en faire ressortir les impacts sur sa carrière. Le cadre de référence choisi pour cet essai est celui proposé par Madera (2017), présente différentes barrières perçues par les femmes au sein des organisations : les barrières culturelles, institutionnelles et individuelles. Ces trois types de barrières ont mené à formuler trois objectifs spécifiques. Le premier vise à identifier les barrières culturelles perçues par une femme cadre supérieure dans une grande organisation québécoise, et à cerner les impacts de ces barrières sur sa carrière. Les deuxième et troisième objectifs se déclinent de la même façon, abordant tour à tour les barrières institutionnelles et individuelles. Pour y arriver, une étude de cas a été menée. À l’aide d’une technique d’échantillonnage non probabiliste par choix raisonné, la personne participante a été sélectionnée en fonction de critères spécifiques. Une entrevue semi-dirigée, dont le guide était basé sur la conception de Madera (2017), a ensuite été réalisée. Une analyse thématique a été effectuée sur le verbatim de l’entrevue, à l’aide d’une grille d’analyse. L’analyse thématique révèle que les principales barrières professionnelles sont de nature culturelle et institutionnelle. Parmi les barrières culturelles ressortent la présence de stéréotypes face au leadership féminin et le manque de représentation féminine dans les postes de niveau supérieur. Ces barrières culturelles ont eu pour impact, d’une part, l’adaptation de la participante à ses collègues masculins – car elle était souvent la seule femme – et d’autre part, le manque de confiance et de prestance dans son emploi en raison de la représentation du leadership féminin. Quant aux barrières institutionnelles, elles se caractérisent par la culture du « boys’ club », des pratiques organisationnelles en lien avec la promotion et le réseautage, ce qui a pour impacts l’exclusion du groupe, des pénalités financières à cause d’une promotion tardive et l’isolement comme seule femme à ce type de poste dans l’organisation. Même si les barrières individuelles semblent avoir moins d’impacts sur la participante, le conflit entre le rôle maternel et le travail est présent ; ce conflit a plutôt un impact sur le plan personnel que professionnel. Les résultats de cette recherche contribuent à documenter la réalité de certaines femmes cadres supérieures au Québec, spécifiquement dans les grandes organisations. La recherche outillera les personnes conseillères d’orientation qui aident les femmes dans le domaine de la gestion. Cette recherche se limite néanmoins à une seule réalité ; sa conclusion ne peut s’appliquer parfaitement au vécu de femmes issues de groupes minoritaires, par exemple. Le cadre de référence retenu n’approfondit pas autant les barrières institutionnelles que celui d’Acker (2006). Des recherches futures pourraient s’attarder à d’autres sous-groupes de femmes, se pencher sur un plus grand échantillon ou combiner deux cadres de référence pour plus de précision.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Eugénie Deslandesfr
dc.subjectFemmesfr
dc.subjectBarrièresfr
dc.subjectCadre supérieurfr
dc.subjectGestionfr
dc.subjectGestionnairefr
dc.subjectOrganisationfr
dc.subjectHaute directionfr
dc.subjectPlafond de verrefr
dc.titleÉtude des barrières professionnelles perçues par une femme occupant un poste de cadre supérieure dans une grande organisation québécoisefr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineOrientation professionnellefr
tme.degree.grantorFaculté d'éducationfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record