Show simple document record

dc.contributor.advisorAnsseau, Colette
dc.contributor.authorDaoust, Gilles
dc.date.accessioned2021-02-12T19:40:49Z
dc.date.available2021-02-12T19:40:49Z
dc.date.created1994
dc.date.issued1994
dc.identifier.isbn0612044602
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/18124
dc.description.abstractDans le cadre de cette thèse, nous avons utilisé des données récoltées par le Ministère des forêts en 1985, 1986 et 1989, pour démontrer que le dépérissement des érablières formait une structure spatiale et qu'une telle structure persistait dans le temps. Le semivariogramme décrivant cette structure a ensuite été utilisé conjointement avec la méthode d'interpolation par krigeage pour générer des valeurs synthétiques du dépérissement entre les sites échantillonnés. Une carte des iso-zones du dépérissement a ainsi été produite en régionalisant des données ponctuelles sur le dépérissement. Des méthodes graphiques ont également permis de produire une carte traduisant la structure temporelle du dépérissement des érablières entre 1985 et 1989. Une telle carte apporte une démonstration supplémentaire à l'effet que le dépérissement évolue différemment d'une région à l'autre. Parallèlement à ces travaux, la numérisation de feuilles a démontré qu'il existe une différence spectrale entre des feuilles provenant d'érables de différents niveaux de dépérissement et que ces différences peuvent être mises en évidence par des techniques d'analyse d'images. Les différences décelées évoluent, par ailleurs, pendant la saison de végétation et sont plus facilement détectables durant le mois d'août. L'utilisation de techniques d'analyse spatiale pour régionaliser les données sur le dépérissement offre aux chercheurs et aux gestionnaires un nouvel outil pour la recherche, le suivi et la compréhension globale de ce phénomène. Il permet, entre autres choses, de se libérer de la nécessité d'utiliser des grilles d'analyses statistiques traditionnelles au profit de l'utilisation de zones d'analyses présentant une signification écologique. Ces «zones écologiquement homogènes» peuvent être utilisées pour établir des relations avec des variables environnementales et effectuer des prévisions sur l'évolution du phénomène et également sur des systèmes écologiques complexes. Utilisée conjointement avec des techniques de télédétection, cette méthode d'analyse par «zone écologique» permettrait d'optimiser l'utilisation des stations des différents réseaux de surveillance forestière présentement en opération et fournirait les bases d'un système de gestion applicable à un réseau de monitoring forestier.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Gilles Daoust
dc.subjectÉcologie forestière
dc.subjectQuébec (Province)
dc.subjectForêts
dc.subjectTélédétection
dc.titleAnalyse spatio-temporelle du dépérissement des forêts : vers une méthode intégrée de monitoring forestier : application aux érablières du sud du Québec
dc.typeThèse
tme.degree.disciplineBiologie
tme.degree.grantorFaculté des sciences
tme.degree.levelDoctorat
tme.degree.namePh.D.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record