Show simple document record

dc.contributor.advisorLapointe, Guy
dc.contributor.authorTassé-Gagné, Philippe
dc.date.accessioned2021-02-11T14:43:04Z
dc.date.available2021-02-11T14:43:04Z
dc.date.created1994
dc.date.issued1994
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/17945
dc.description.abstractLa perte d'hydrocarbures provenant de systèmes d'entreposage souterrains ou de pipelines résulte fréquemment à une contamination des sols et eaux souterraines environnants à des profondeurs moyennes d'environ deux mètres. Avec le développement des nouvelles réglementations environnementales, il devient nécessaire de localiser rapidement toute fuite d'hydrocarbures pour entreprendre rapidement les actions correctrices. Tranchées, puits d'observation et forages sont habituellement employés pour caractériser les sites soupçonnés de contamination. L'information recueillie est très localisée, peut s'avérer peu représentative de l'ensemble du territoire étudié ou manquer la zone d'anomalie visée. Les caractérisations sous surfaces pavées s'avèrent de plus onéreuses. De récents développements dans le domaine des méthodes d'exploration géophysique des sols portent à croire que l'utilisation d'un champ électromagnétique induit représenterait une alternative rapide et économique pour effectuer la recherche de contaminants organiques sous des surfaces pavées. Cette méthode seule ne permet pas une évaluation quantitative mais doit donner une image continue des conditions du sous-sol et permettre d'identifier les zones à fort potentiel de contamination. Deux essais de caractérisation de sols ont été effectués à l'aide de cette technique à l'aéroport international de Montréal (Dorval). Le pipeline acheminant le carburant d'aéronef des réservoirs aux aires d'avitaillement fut la cible des travaux. Le premier essai fut suivi d'une campagne d'échantillonnage des sols et des eaux souterraines tandis que le second fut effectué sur un secteur déjà caractérisé par forages. Notons que ce deuxième essai combinait l'utilisation de champ électromagnétique induit, d'un géoradar et d'un magnétomètre. Cette étude a démontré que l'emploi seul de la méthode de champ électromagnétique induit ne peut donner de résultats fiables à moins de bénéficier de conditions de terrain optimales. L'hétérogénéité des sols, la présence de structures aériennes et surtout souterraines sont autant d'obstacles qui limitent l'efficacité de la méthode et compliquent l'interprétation des données recueillies. Il est donc recommandé d'utiliser la méthode de champ électromagnétique induit uniquement à titre préliminaire et seulement lorsque le site à caractériser comporte peu d'obstacles. De plus, il est primordial de faire suivre de tels travaux d'une campagne d'échantillonnage des sols et eaux souterraines afin de valider les résultats.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Philippe Tassé-Gagné
dc.subjectAéroports
dc.subjectEnvironnement
dc.subjectComposés organique
dc.subjectPipelines
dc.subjectSols
dc.subjectPollution
dc.titleLes grands problèmes environnementaux : cours de niveau collégial adapté aux sciences humaines
dc.typeMémoire
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durable
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM. Env.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record