Show simple document record

dc.contributor.advisorThomas, Lynn
dc.contributor.advisorDezutter, Olivier
dc.contributor.authorHu, Jingfr
dc.date.accessioned2021-01-27T15:51:26Z
dc.date.available2021-01-27T15:51:26Z
dc.date.created2021fr
dc.date.issued2021-01-27
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/17905
dc.description.abstractL’amélioration de la professionnalisation de la formation à l’enseignement constitue, à partir de la fin du XXe siècle, un sujet d’une grande importance théorique et pratique dans les différentes réformes de l’éducation (Joubaire, 2019 ; OCDE, 2019a). Dans le domaine des langues, la formation et le développement professionnel des enseignants de langues suscitent un intérêt croissant et constituent à l’époque actuelle un sujet de recherche d’actualité dans le monde entier (Wallace, 1991; Richards, 1998 ; Freeman, 2001 ; Roberts, 2016 ; Bell, 2010). Au Québec, la formation initiale des enseignants est organisée selon un référentiel de douze compétences professionnelles (MEQ, 2001). Le besoin de la mise en place de la professionnalisation et du développement des compétences professionnelles est donc intégré dans la formation initiale des enseignants d’anglais langue seconde. En Chine, la réforme du modèle de formation initiale des enseignants a été valorisée dans le contexte des fusions universitaires à grande échelle du début du XXIe siècle. Le modèle de formation des enseignants dits « excellents » et des « talents composés (polyvalents) » (MERPC, 2014, 2018c) domine pour le moment. Alors que la professionnalisation de la formation à l’enseignement est le paradigme de référence dans le milieu de l’éducation à travers le monde (Lang, 1999 ; Bourdoncle, 1991, 2000 ; Joubaire, 2019), il nous a paru pertinent de comparer la manière dont celui-ci teinte les programmes de formation initiale des enseignants d’anglais langue seconde ou étrangère dans deux lieux contrastés, soit le Québec et la Chine, en portant une attention spécifique à la manière dont est conçue et mise en œuvre la notion de développement professionnel dans les deux contextes qui présentent des différences importantes en termes de contexte politique, social et éducatif. Nous nous sommes engagée dans une recherche comparative portant sur deux dimensions — 1) les visions ministérielles de la professionnalisation des enseignants, de leur formation initiale et de leur développement professionnel et 2) les visions institutionnelles du processus de professionnalisation dans les programmes de formation initiale à l’enseignement de l’anglais, et ce en portant attention aux objectifs et exigences de formation, à la structure du programme, à la place des démarches réflexives, à la place de la formation pratique ainsi qu’à l’évaluation des étudiants-enseignants. Le modèle de formation initiale des enseignants d’anglais langue seconde au Québec, conformément au référentiel de développement de douze compétences professionnelles, manifeste une caractéristique plus « professionnelle » en visant une formation plus réflexive et pratique. Ceci se traduit par exemple par des activités pédagogiques orientées vers la réalisation d’une recherche-action ou d’autres types de travaux. Le modèle en Chine manifeste actuellement des enjeux et conflits concernant le débat entre le type « polyvalent » et « professionnel », et cela se manifeste par une transition entre des programmes centrés sur une formation disciplinaire et théorique vers des programmes centrés sur une formation plus réflexive et pratique. Un référentiel clair et uniforme de développement de compétences professionnelles des enseignants d’anglais langue étrangère n’est pas encore bien établi ou mis en œuvre ni par le MERPC, ni par les universités normales. La formation générale qui représente plus de 23 % de la structure du programme, influence forcément la place restante pour la formation pédagogique, la formation didactique en anglais et la formation pratique. Cette recherche représente un exemple d’étude dans le domaine de l’éducation comparée qui pourrait inspirer d’autres travaux similaires afin d’élargir le portrait à propos des modèles de formation à l’enseignement mis en œuvre dans différents contextes. Elle devrait permettre en particulier de favoriser l’échange des savoirs en matière d’éducation supérieure entre le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec et le ministre de l’Éducation de la République populaire de Chine, et d’approfondir la coopération entre les deux régions, en favorisant un échange d’expertise et en générant de nouvelles idées de perfectionnement des formations initiales actuelles des enseignants d’anglais et même d’autres disciplines.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Jing Hufr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectComparaisonfr
dc.subjectProgramme de formation initiale à l'enseignementfr
dc.subjectALSfr
dc.subjectALEfr
dc.subjectDéveloppement professionnel des enseignantsfr
dc.subjectProfessionnalisationfr
dc.subjectQuébecfr
dc.subjectChine continentalefr
dc.titleÉtude comparée de la dimension du développement professionnel de futurs enseignants d’anglais dans des programmes de formation initiale au Québec et en Chinefr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineSciences de l'éducationfr
tme.degree.grantorFaculté d'éducationfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM.A.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Jing Hu
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Jing Hu