Show simple document record

dc.contributor.advisorBeauregard, Pascale B.
dc.contributor.authorThérien, Maudefr
dc.date.accessioned2021-01-13T16:48:40Z
dc.date.available2021-01-13T16:48:40Z
dc.date.created2021fr
dc.date.issued2021-01-13
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/17883
dc.description.abstractÀ l’état naturel, il existe des assemblages microbiens très complexes associés aux plantes et constituant le microbiote végétal. Notamment, la portion de sol entourant les racines, la rhizosphère, est une niche abritant une grande variété de microorganismes en raison de l’environnement particulièrement riche en nutriments créé par la sécrétion d’exsudats racinaires. Certaines rhizobactéries, les PGPR (plant growth-promoting rhizobacteria), dont Bacillus subtilis, possèdent des caractéristiques permettant d'améliorer la croissance des plantes, directement ou indirectement. Afin de maintenir sa relation étroite avec la plante de façon durable, B. subtilis colonise la rhizosphère de façon efficace par la formation d’un biofilm, une communauté multicellulaire produisant une matrice extracellulaire adhérente, qui permet de maximiser son interaction avec les tissus végétaux et persister auprès des racines. La dynamique entre l’hôte et la bactérie est particulièrement complexe puisque chacun influence l’ensemble de la communauté. Pour la plante, les exsudats racinaires sont un excellent moyen de communication avec les microorganismes de la rhizosphère. Ils peuvent moduler la composition de la communauté en favorisant certains organismes bénéfiques comme B. subtilis et induire le déplacement des bactéries vers la racine permettant d’établir les premières étapes de la colonisation. De plus, des polysaccharides présents à la paroi végétale sont connus comme induisant la formation du biofilm ainsi que la production d’un lipopeptide non-ribosomal, la surfactine. Cette molécule est connue pour ses effets sur la santé de la plante, mais aussi comme molécule signal chez la bactérie, notamment étant impliquée dans la formation de biofilm. Malgré les multiples études sur la surfactine, il reste beaucoup à comprendre sur son implication dans la relation avec la plante. Cette étude permet de préciser certaines interactions entre B. subtilis NCIB 3610 et la plante Arabidopsis thaliana. L’utilisation d’un rapporteur transcriptionnel de l’opéron responsable de la synthèse de surfactine lors de la formation d’un biofilm en présence de polysaccharides de plantes a permis d’observer une viii induction de la transcription par la pectine. Par ailleurs, l’implication de la surfactine de B. subtilis dans la formation de biofilm, particulièrement en relation avec la plante, a été étudiée par la construction d’un nouveau mutant incapable de synthétiser la surfactine. Selon trois modèles d’étude de la formation du biofilm (les colonies rugueuses sur milieu solide, les pellicules et les biofilms à la surface de racines de plantes) il a été montré que la présence de la surfactine n’est pas essentielle à la formation de biofilm et n’aurait ainsi pas d’impact sur la colonisation des racines. Ces résultats montrent que l’effet positif de la surfactine sur la plante ne se fait pas via la formation du biofilm.fr
dc.language.isofrefr
dc.language.isoengfr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Maude Thérienfr
dc.subjectBacillus subtilisfr
dc.subjectBiofilmfr
dc.subjectMatrice extracellulairefr
dc.subjectSurfactinefr
dc.subjectMétabolites secondairesfr
dc.subjectPGPRfr
dc.subjectPlantesfr
dc.subjectRacines Arabidopsis thalianafr
dc.subjectPolysaccharidesfr
dc.subjectPectinefr
dc.subjectXylanefr
dc.titleL’implication de la surfactine dans la formation de biofilm en association avec les racines de plantes chez Bacillus subtilisfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineMicrobiologiefr
tme.degree.grantorFaculté des sciencesfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record