Show simple document record

dc.contributor.advisorTerradas Carrandi, Miguel
dc.contributor.authorPaquin, Élianefr
dc.date.accessioned2014-05-02T14:17:27Z
dc.date.available2014-05-02T14:17:27Z
dc.date.created2014fr
dc.date.issued2014fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/177
dc.description.abstractLa somatisation réfère à la présence de symptômes physiques pour lesquels aucun diagnostic médical ne peut être émis (Meesters, Muris, Ghys, Reumerman, & Rooijmans, 2003; Waller & Scheidt, 2006) et concerne environ 20 % des enfants issus de la population générale (Gilleland, Surveg, Jacob, & Thomassin, 2009). Certains concepts explicatifs de la somatisation, tels que l’alexithymie et la conscience des affects, ainsi que certaines variables pouvant y être associées, comme l’humeur négative, incluant l’anxiété et la dépression, ont été abordés dans diverses études dans le but d’approfondir la compréhension des facteurs psychologiques liés à la somatisation (Campo et al., 2004; De Gucht, Fischer & Heiser, 2004; Gilleland et al., 2009; Kellner, 1990; Waller et Scheidt, 2004). L’alexithymie réfère à un déficit cognitif relatif à la reconnaissance et à la description des émotions (Sifneos, 1973). Pour sa part, la conscience des affects, concept sous-jacent à l’alexithymie, réfère à la relation mutuelle entre l’activation de base de l’affect et la capacité de le percevoir, d’y réfléchir et de l’exprimer (Mohaupt, Holgerson, Binder, & Nieslon, 2006). Fonagy et Target (1998) suggèrent que la mentalisation, soit la capacité à comprendre son propre comportement et ceux des autres en termes d’états mentaux, est un élément crucial dans l’organisation de soi et la gestion des affects. Cette capacité réflexive permet également de lier l’incapacité d’un individu de reconnaître et d’être conscient de ses émotions à l’incapacité plus générale de reconnaître et réfléchir à l’ensemble de ses états mentaux (Guilbaud, 2007). La présente étude cherche à vérifier si la mentalisation peut être utilisée comme une nouvelle avenue de compréhension de la somatisation, en lien avec la conscience des affects et l’alexithymie. Pour ce faire, cinq questionnaires mesurant ces construits ont d’abord été distribués à 112 enfants âgés de 8 à 12 ans et à leurs parents. Par la suite, des analyses de corrélations, de régressions multiples et de variances ont permis d’explorer les relations entre les variables à l’étude. Les résultats ont démontré que la conscience des affects, plus spécifiquement les dimensions relatives à la conscience des sensations corporelles associées aux émotions et à l’analyse des émotions, de même que les biais de mentalisation, sont liés significativement aux plaintes somatiques. Des analyses complémentaires ont soulevé que les symptômes d’anxiété sont également associés aux plaintes somatiques. En résumé, bien que la présente recherche ait été réalisée auprès d’enfants issus de la population générale et non clinique, elle fournit des indications intéressantes quant aux variables liées à l’apparition et au maintien de la somatisation chez les enfants. Par le fait même, elle permet d’identifier certains facteurs pouvant être ciblés lors d’interventions auprès des enfants manifestant des plaintes somatiques.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Éliane Paquinfr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectSomatisationfr
dc.subjectPlaintes somatiquesfr
dc.subjectBiais de mentalisationfr
dc.subjectConscience des affectsfr
dc.subjectAlexithymiefr
dc.subjectEnfantsfr
dc.titleConscience des affects et biais de mentalisation chez les enfants manifestant des plaintes somatiquesfr
dc.typeThèsefr
tme.degree.disciplinePsychologiefr
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humainesfr
tme.degree.levelDoctoratfr
tme.degree.nameD. Ps.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Éliane Paquin
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Éliane Paquin