Show simple document record

dc.contributor.advisorEtcheverry, Pierre
dc.contributor.authorGhaouar, Malekfr
dc.date.accessioned2020-11-05T14:41:47Z
dc.date.available2020-11-05T14:41:47Z
dc.date.created2020fr
dc.date.issued2020-11-05
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/17702
dc.description.abstractDepuis l’occupation de l’île Maurice, l’agriculture mauricienne a été adaptée pour suivre le monde développé. Avec l’apparition de la politique de révolution verte, cette île est devenue un territoire dominé par la monoculture de canne à sucre. Pendant plusieurs années, l’économie mauricienne a été basée sur la production et l’exportation du sucre. Les récentes baisses des prix mondiaux du sucre ont découragé les agriculteurs et en raison du manque d'autres alternatives, les terres se trouvent dans un état abandonné. L'objectif de cet essai est d'évaluer le potentiel de l'agroécologie, de la permaculture et de l'agroforesterie pour assurer une transition écologique de l'agriculture mauricienne. La mise en œuvre de cette transition agroécologique exige la détermination et l'intégration des enjeux économiques, sociaux et environnementaux auxquels fait face le modèle agricole mauricien. Si elle est adéquatement mise en œuvre, cette transition permet de construire des systèmes alimentaires territorialisés, durables et résilients. Le but est que le système de production soit responsable vis-à-vis de l'environnement, socialement acceptable, économiquement viable et techniquement réalisable pour les agriculteurs. Plus précisément, cet essai vise à statuer sur le modèle agricole le plus compatible avec le contexte mauricien et qui serait en mesure de répondre aux enjeux de l'agriculture. L'analyse des avantages économiques, sociaux et environnementaux de l'agroécologie et de la permaculture montre que ces alternatives partagent plusieurs principes en commun. Sur le plan écologique, de nombreuses techniques et pratiques permettent de maintenir la biodiversité, d'optimiser la gestion des ressources naturelles, notamment l'eau et le sol, et d'atténuer les effets des changements climatiques. Sur le volet socioéconomique, les deux démarches renforcent l'autonomie des exploitations, assurent la souveraineté alimentaire, améliorent les résultats économiques et favorisent la sécurité sociale. Toutefois, l'agroécologie bénéficie d'un privilège social, politique et même scientifique qui lui permet d'être plus facile à adopter, particulièrement dans le cadre de politique agricole commune. En conclusion, quel que soit le modèle agricole retenu, la réussite d'une transition écologique est influencée par le rôle de l'État dans le processus de mise en œuvre de cette démarche. L'agroécologie et la permaculture devraient tenir une place centrale lors de l'élaboration de politiques et des mécanismes de gouvernance en matière d'agriculture durable. Parmi les recommandations proposées, citons l'aide, l'encouragement et l'accompagnement des agriculteurs dans leur démarche de transition, l'adaptation des programmes de formation et d'enseignement agricoles aux besoins de la transition et la sensibilisation de la société civile en faveur des produits issus de l'agroécologie.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Malek Ghaouarfr
dc.subjectAgroécologiefr
dc.subjectPermaculturefr
dc.subjectAgroforesteriefr
dc.subjectTransition agroécologiquefr
dc.subjectAlternative agricolefr
dc.subjectEnjeux agricolesfr
dc.titleQuel modèle pour une transition écologique de l'agriculture mauricienne?fr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record