Show simple document record

dc.contributor.advisorLison, Christelle
dc.contributor.authorNolet, Nathaliefr
dc.date.accessioned2020-10-22T14:13:35Z
dc.date.available2020-10-22T14:13:35Z
dc.date.created2020fr
dc.date.issued2020-10-22
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/17678
dc.description.abstractRÉSUMÉ Partager la responsabilité de la rétroaction formative avec les étudiantes n’est pas une pratique courante. Trop souvent, la centralisation de la rétroaction est orientée vers le professeur. Le présent projet de recherche en innovation pédagogique vise à étudier comment les étudiantes peuvent prendre part, avec congruence, à cette étape de la pratique réflexive, tout en profitant autrement du rôle de soutien du professeur. Notre projet d’innovation a pour visée de partager une méthode d’évaluation par les pairs, étudiée par une recherche-expérimentation, où l’autoévaluation menée par les étudiantes s’est vue rehaussée au niveau de la qualité. Par le biais de ce projet d’innovation, nous comprenons quelles sont les retombées de l’évaluation par les pairs sur la compétence à s’autoévaluer à la suite de l’expérimentation d’actions éducatives auprès d’enfants. Cette expérimentation se déroulant dans un contexte d’apprentissage en situation authentique et complexe. Concrètement, il s’agit de trois situations authentiques et complexes vécues par les étudiantes du programme de Techniques d’éducation à l’enfance de deuxième année du Cégep de Saint-Hyacinthe ; celles-ci se déroulent avec des groupes d’enfants d’âge scolaire et préscolaire. L’échantillonnage par choix raisonné, est composé de 16 étudiantes inscrites au cours Observation et stratégies (322-EEH-HY). À la suite de chacune des expérimentations, chaque étudiante jumelée en dyade à une « amie critique » devait oralement s’autoévaluer et évaluer sa collègue, cela en lien avec un objectif professionnel ciblé. Ce processus était supervisé et soutenu par la professeure. Les étudiantes devaient ensuite fournir une autoévaluation écrite examinant le degré d’atteinte de leur objectif professionnel. Ces deux sources d’autoévaluation permettaient de statuer sur le niveau d’amélioration des pratiques évaluatives. Les résultats indiquent qu’à l’oral, les étudiantes progressent pour identifier le degré d’atteinte de leur objectif professionnel, en les appuyant d’exemples pertinents. Il est également observé que les amies critiques augmentent leurs compétences liées à la rétroaction. Elles sont plus nombreuses, d’une situation authentique et complexe à l’autre, à rapporter des faits observables pour constater l’atteinte de l’objectif de leur consœur. Une amélioration est également remarquée en ce qui concerne l’autoévaluation écrite. L’appropriation de la formulation claire et réaliste de l’objectif professionnel ainsi que la qualité des explications liées à l’examen du niveau d’atteinte de l’objectif professionnel ont progressé chez les étudiantes. Les données recueillies démontrent, toutefois, certaines lacunes au sujet de la façon qu’ont les étudiantes de citer et expliquer la théorie ciblée. En somme, le contexte d’apprentissage utilisé, soit la situation authentique et complexe, permet aux étudiantes d’être témoin des actions éducatives réalisées par leurs consœurs et ainsi, élargir leur expérience. Le fait de comparer leurs compétences dans des contextes d’apprentissage similaires et d’essayer de nouvelles actions éducatives observées en plus de s’y référer dans leur autoévaluation écrite semble favoriser le constat de leur progression et ainsi mieux comprendre leur rôle auprès des enfants. Ces résultats doivent, toutefois, être interprétés à la lumière de certaines limites. Le contexte de situation authentique et complexe est proposé à trois reprises pendant le trimestre d’automne. Il aurait été pertinent, pour faciliter l’appropriation du processus d’autoévaluation, d’offrir davantage de moments de pratique en début de parcours. Une autre limite est liée au fait que la référence aux aspects théoriques n’a été évaluée qu’à l’écrit. Si le soutien avait été également offert à l’oral, la qualité des liens avec la théorie aurait été meilleure. Enfin, l’absence d’un outil pour colliger les données qualitatives en lien avec le soutien spontané réalisé par la professeure, lors des rencontres en équipe, n’a pas permis de trianguler ces données. Lors des prochaines expérimentations, une grille ou une captation audio du soutien offert par le professeur devrait être prévue.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Nathalie Noletfr
dc.subjectAutoévaluationfr
dc.subjectRétroactionfr
dc.subjectÉvaluation par les pairsfr
dc.subjectSituation authentique et complexefr
dc.titleL'évaluation par les pairs pour favoriser le développement de l'autoévaluationfr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnseignement au collégialfr
tme.degree.grantorFaculté d'éducationfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Éd.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record