Show simple document record

dc.contributor.advisorThomas, Donald W.
dc.contributor.authorWoolgar, Isabelle
dc.date.accessioned2020-09-18T16:49:47Z
dc.date.available2020-09-18T16:49:47Z
dc.date.created1995
dc.date.issued1995
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/17546
dc.description.abstractCet essai se veut un outil qui permette aux lecteurs de comprendre la problématique complexe de la déforestation tropicale en y intégrant tous les aspects du problème, autant au niveau politique que biologique. La déforestation tropicale est abordée par une brève description des aspects biologiques propres aux forêts tropicales, suivie d'une quantification de la menace à laquelle ces forêts font face. Les causes de la vaste déforestation occurrente dans les pays tropicaux sont ensuite présentées, celles­ci étant principalement la pression démographique et la pauvreté, l'agriculture et l'exploitation commerciale. Cependant, derrières ses causes primaires se cachent des problèmes politiques et économiques plus profonds de dettes internationales et d'inégalités sociales qui limitent en quelque sorte les possibilités de véritable contrôle d'exploitation des richesses naturelles par les pays tropicaux; cette situation engendre des perturbations importantes sur les écosystèmes par le processus de la fragmentation des habitats, tel que l'effet de lisière et la perte de biodiversité qui sont à l'origine de l'extinction des espèces végétales et animales à long terme. Afin de faire un lien avec les aspects plus théoriques abordés dans les premiers chapitres, les résultats d'un projet réalisé au Costa Rica sur les populations de chauves­souris sont présentés. Ce projet visait à évaluer concrètement un des effets de la déforestation, soit la modification de la structure des populations. Les résultats démontrent que les sites ayant été classés comme étant les plus perturbés présentent une quantité beaucoup plus élevée de deux espèces de chauves-souris (Sturnira lilium et Carollia perspicillata) reconnues comme étant des frugivores généralistes. Par contre, pour l'ensemble de l'étude, les regroupements entre les sites concernant les captures de chauves-souris semblent provenir davantage de la nature de l'habitat que du niveau de perturbation. La variation entre les sites concernant leur degré de déforestation n'était probablement pas suffisante pour engendrer des différences perceptibles dans les populations de chauves-souris par la simple capture au filet. En dernier lieu, cet essai aborde des solutions possibles à la déforestation tropicale, soit l'établissement de plantations, I'agroforesterie et la conservation d'espaces forestiers sous forme de réserves naturelles. Cependant, ces solutions comportent des failles et doivent nécessairement être couplées à un investissement massif dans la recherche et à une re-définition de la richesse économique si nous voulons conserver notre patrimoine biologique mondial et réorienter la gestion des ressources naturelles vers une exploitation plus durable des ressources.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Isabelle Woolgar
dc.subjectChauves-souris
dc.subjectAspect de l'environnement
dc.subjectCosta Rica
dc.subjectDéboisement
dc.subjectRégions tropicales
dc.subjectLutte contre le déboisement
dc.subjectForêts tropicales
dc.titleLa déforestation tropicale : un vaste problème écologique et politique : les causes, les effets et les solutions possibles
dc.typeEssai
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durable
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM. Env.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record