Show simple document record

dc.contributor.advisorOlivier, Marc
dc.contributor.authorLeclerc, Gabrielfr
dc.date.accessioned2020-08-27T15:15:24Z
dc.date.available2020-08-27T15:15:24Z
dc.date.created2020fr
dc.date.issued2020-08-27
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/17307
dc.description.abstractL’objectif de cet essai est d’étudier la situation à Sherbrooke pour actualiser les éléments méthodologiques et les outils techniques utilisés dans la démarche d’écologie industrielle et territoriale. Alors que Synergie Estrie prend de l’ampleur, ses animateurs ont avantage à revoir leurs méthodes et outils pour augmenter les performances du projet. Le faible taux de participation des entreprises et l’accès à l’information sur leurs activités demeurent des obstacles de taille lors de la recherche de synergies. Au premier chapitre, le portrait du contexte sherbrookois et de Synergie Estrie cible les caractéristiques territoriales et les éléments relatifs au développement d’une symbiose industrielle. Le deuxième chapitre fait état des projets innovants et des outils émergents qui appuient l’écologie industrielle en France et ailleurs au Québec. Certains de ces éléments sont repris dans le troisième chapitre où sont présentés divers projets pour l’animateur de symbiose industrielle à Sherbrooke. Ces pistes de solutions sont analysées en fonction des ressources et du temps requis à leur réalisation, de façon à prioriser l’accessibilité de leur aspect opérationnel. Voici en ordre de priorité d’action les projets proposés : intégrer l’écologie industrielle dans la vente de parcelles industrielles, diagnostiquer les organisations du territoire par l’utilisation de banques de données, faire appel à des services privés pour diagnostiquer les organisations du territoire et faciliter la création de connexions entre les acteurs locaux, mutualiser les gisements de matières résiduelles de même type pour favoriser leur mise en valeur. Bien que ces propositions soient formulées dans le cadre de la situation à Sherbrooke, les recommandations qui en découlent sont pertinentes pour l’ensemble des projets de symbiose industrielle qui prennent place au Québec. De façon générale, les municipalités et les organismes de développement économique doivent s’impliquer activement dans les démarches d’écologie industrielle. Ils sont en mesure d’attirer des entreprises qui s’imbriquent dans l’écosystème entrepreneurial, d’augmenter le nombre de participants prenant part à la démarche territoriale et de faciliter la collecte d’information auprès des organisations accompagnées. Concernant les animateurs de symbiose, ils doivent mettre à profit les banques de données sur les entreprises de leur territoire et encourager les organisations à porter des projets qui s’inscrivent dans la mission de leur démarche d’écologie industrielle.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Gabriel Leclercfr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectÉcologie industrielle et territorialefr
dc.subjectSymbiose industriellefr
dc.subjectSynergiesfr
dc.subjectSherbrookefr
dc.subjectSynergie Estriefr
dc.subjectÉconomie circulairefr
dc.subjectDéveloppement économiquefr
dc.subjectStratégie d’accompagnement d’entreprisesfr
dc.titleÉvaluation de la démarche d'écologie industrielle et territoriale à Sherbrookefr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.grantotherUniversité de technologie de Troyesfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Gabriel Leclerc
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Gabriel Leclerc