Show simple document record

dc.contributor.advisorPaultre, Patrick
dc.contributor.authorRivard, Gabrielfr
dc.date.accessioned2020-08-03T15:25:15Z
dc.date.available2020-08-03T15:25:15Z
dc.date.created2020fr
dc.date.issued2020-08-03
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/17248
dc.description.abstractLes analyses numériques non linéaires des bâtiments avec des murs structuraux et des murs couplés ont montré des efforts de cisaillement supérieurs à la capacité lorsque ces derniers sont soumis à des tremblements de terre dont le niveau ne dépasse pas celui du dimensionnement d'après les codes et normes en vigueur. Les recherches effectuées à l'Université de Sherbrooke ont conduit à des changements dans la dernière édition de la norme de dimensionnement des structures en béton concernant les murs structuraux simples. Cependant, ces changements ne s'appliquent pas aux murs couplés qui n'ont pas été étudiés et qui sont très courants dans les constructions multi étagées. Ainsi, cette recherche avait pour objectif d'étudier le phénomène d'amplification du cisaillement dans les murs couplés ductiles en béton armé dans le but de proposer des modifications pour la révision de la norme de conception des structures en béton armé du Canada (CSA A23.3). Une étude paramétrique sur les murs ductiles couplés et partiellement couplés en béton armé dimensionnés selon le Code national du bâtiment 2015 (CNBC 2015) et la norme CSA A23.3-14 a été effectuée. Cette étude a permis de déterminer et de quantifier les paramètres qui ont la plus grande influence sur l'amplification dynamique du cisaillement parmi (i) le nombre d'étages (ii) la période fondamentale, (iii) le degré de couplage, (iv) la surcapacité flexionnelle à la base et (v) l'aléa sismique. Une nouvelle approche pour la sélection des tremblements de terre a été considérée. Les accélérogrammes ont été sélectionnés pour être compatibles avec le spectre conditionnel (Conditional spectrum, CS). Cette façon de faire mène à la sélection de tremblements de terre moins conservateurs. Les CS tiennent compte de la variabilité et de l'incertitude liée aux séismes et ils sont plus susceptibles de bien représenter des évènements pouvant réellement se produire. Afin de vérifier l'influence de cette méthode de sélection, les calculs sur les murs simples ont été repris. Les analyses non linéaires ont été réalisées sur le logiciel OpenSees (OS). Celles-ci ont permis de constater que les méthodes actuelles de dimensionnement à la capacité pouvaient conduire à sous-estimer la demande en cisaillement dans les murs couplés. Les résultats ont montré que l'amplification dynamique du cisaillement diminuait linéairement avec l'augmentation du degré de couplage et de la surcapacité en flexion à la base et qu'elle était maximale dans les bâtiments dont la période fondamentale est supérieure à 1.0 s. Enfin, une méthode d'amplification des efforts de cisaillement a été proposée pour les murs simples, les murs partiellement couplés et les murs couplés.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Gabriel Rivardfr
dc.subjectSRFSfr
dc.subjectAmplification du cisaillementfr
dc.subjectMur coupléfr
dc.subjectDuctilitéfr
dc.subjectEffet des modes supérieursfr
dc.subjectDemande en cisaillementfr
dc.subjectAnalyses non linéairesfr
dc.titleÉtude de l'amplification sismique du cisaillement due aux effets des modes supérieurs dans les murs couplésfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineGénie civilfr
tme.degree.grantorFaculté de géniefr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc. A.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record