Show simple document record

dc.contributor.advisorGravel, Dominique
dc.contributor.advisorPoisot, Timothée
dc.contributor.authorPréfontaine, Stéphaniefr
dc.date.accessioned2020-06-15T17:46:10Z
dc.date.available2020-06-15T17:46:10Z
dc.date.created2020fr
dc.date.issued2020-06-15
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/17147
dc.description.abstractLes changements climatiques exercent sur les espèces une pression qui les amène à se déplacer vers les pôles et en altitude. Puisque les espèces ne se déplacent pas toutes au même rythme, ce phénomène altère la composition et le fonctionnement des communautés. La température étant l'un des principaux facteurs à l'origine de ces bouleversements, il a donc été question d'étudier comment elle affecte les communautés à travers les espèces qui les composent. Ce travail fait suite à une publication par Gray et al. (2016), dans lequel le métabolisme de communautés bactériennes de sarracénies pourpres (Sarracenia purpurea) provenant d'un vaste gradient latitudinal a été mesuré. Aucune différence n'a alors été observée dans la performance des communautés. Contrairement à ce qui est observé chez les espèces, cela ne concorde pas avec les prédictions de la théorie de la niche, selon laquelle les organismes devraient être adaptés localement à leur environnement. Cette réponse correspond mieux à la théorie métabolique de l'écologie (TME), qui prédit une augmentation exponentielle des taux métaboliques avec la température. La présente étude vise donc à comprendre le résultat obtenu chez ces communautés à travers le prisme de leur composition en espèce en tentant de concilier les deux théories. L'hypothèse a été émise que les espèces composant une communauté auraient une performance unimodale et que l'ensemble de leurs réponses se succéderaient dans un continuum restreint sous une enveloppe exponentielle conforme aux prédictions de la TME. Les résultats obtenus suggèrent que la performance des espèces est limitée par une enveloppe, mais que celle-ci ne correspond que partiellement aux prédictions de la théorie métabolique. Il en est de même pour la réponse des communautés distinctes. Une courbe unimodale est bien celle représentant le mieux la réponse bactérienne. L'énergie d'activation de leur phase exponentielle étaient cependant loin des estimations de la théorie métabolique. Aucune tendance latitudinal n'a été observée dans la performance des souches bactériennes et chaque communauté possédait un assemblage bactérien similaire, du moins au regard de leur performance. Cette étude met donc en relief certaines limites de la théorie métabolique de l'écologie. Elle permet néanmoins de mieux comprendre les liens entre les performances des communautés et celle des individus qui les composent. Elle apporte également d'importantes connaissances sur les communautés du système d'étude, notamment quant à la diversité de niches occupées dans celles-ci.fr
dc.language.isofrefr
dc.language.isoengfr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Stéphanie Préfontainefr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectThéorie métabolique de l'écologiefr
dc.subjectThéorie de la distribution des espècesfr
dc.subjectNiche écologiquefr
dc.subjectMétabolismefr
dc.subjectCommunautés bactériennesfr
dc.subjectSarracénie pourpre (Sarracenia purpurea)fr
dc.subjectGradient de températurefr
dc.subjectGradient latitudinalfr
dc.titleRéponse métabolique de communautés bactériennes de Sarracenia purpurea provenant d'un gradient latitudinal et exposées à un gradient de températurefr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineÉcologiefr
tme.degree.grantorFaculté des sciencesfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Stéphanie Préfontaine
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Stéphanie Préfontaine