Show simple document record

dc.contributor.advisorBellenger, Jean-Philippe
dc.contributor.advisorTakser, Larissa
dc.contributor.advisorCabana, Hubert
dc.contributor.authorOuellette, Jadefr
dc.date.accessioned2020-05-19T14:53:16Z
dc.date.available2020-05-19T14:53:16Z
dc.date.created2020fr
dc.date.issued2020-05-19
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/17042
dc.description.abstractLa production mondiale de l’industrie chimique est en expansion depuis les dernières décennies ce qui va de pair avec l’exposition de la population où les enfants, les personnes âgées et les femmes enceintes sont considérées comme vulnérables. L'exposition chronique à certains contaminants (mercure, plomb, pesticides) et leurs effets sur le développement in utero sont davantage connus. La règlementation vis-à-vis de la production et de l’exposition à ces nombreux contaminants est établie à l’aide d’outils. Par exemple, la définition des limites maximales de résidus de pesticides est généralement étudiée et fixée afin d’établir les normes quant aux contaminants présents dans notre alimentation. Néanmoins, le cadre légal entourant la gestion des contaminants ne permet pas actuellement d’assurer une protection efficace de l’environnement et la santé humaine. Ceci représente une lacune de taille en termes de santé publique quant aux problématiques de gouvernance relative à une exposition des contaminants utilisés globalement ou localement. Plusieurs troubles neurodéveloppementaux, dont le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) seraient reconnus par la communauté scientifique comme auraient pour source l’exposition à certains xénobiotiques durant la période prénatale. Des études prospectives, c’est-à-dire qui permettent d’étudier un phénomène et ses perspectives dans une longue période de temps, ont permis d’analyser l’exposition des femmes enceintes et de leurs enfants à plusieurs stages de leur vie. Elles priorisent davantage les échantillons biologiques non invasifs et facilement collectables tels que le méconium, la première matière fécale produite après la naissance. Cette matrice d’exposition représente une fenêtre d’exposition intéressante, car elle met en relation l’exposition de la mère aux contaminants ayant pu traverser le placenta et être excrétés par le fœtus à partir de la 12e semaine de grossesse. Il est donc possible d’analyser et de quantifier la concentration de contaminants et de tenter d’effectuer des liens entre la présence de certaines substances dans le corps, les facteurs de risques d’exposition (habitudes de vie, statut socio-économique, lieu de résidence…) et les effets sur la santé humaine. La présente recherche s’intéresse aux contaminants détectés dans le méconium d’une cohorte dont les mères ont été recrutées en 2007, en Estrie. Le premier objectif est d’abord d’analyser les liens entre des facteurs de risques d’exposition de la mère soulevés et ce qui a été détecté dans le méconium. En second lieu, on met en lumière des relations possibles entre les contaminants détectés et les résultats des tests diagnostiques de TDAH des enfants de la cohorte, maintenant âgés de 6-7 ans. Les résultats ont permis de démontrer que la nicotine était présente dans le méconium des mères ayant confirmé avoir fumé durant la grossesse. D’autre part, la majorité des résultats ne supportent pas l’idée que l’exposition aux contaminants à l’étude ait un lien avec certains facteurs de risques d’exposition environnementale (statut socio-économique, mois de naissance, source d’eau potable). Aussi, certains tests statistiques ont permis d’établir quelques liens entre le diagnostic de TDAH, la contamination in utero et ces facteurs de risques, mais les résultats sont, en général, non-significatifs. Plusieurs facteurs confondants dont le poids, le sexe, le diagnostic de TDAH chez les parents et le lait maternel ont été analysés. Une attention particulière est accordée à la relation existante entre le statut socio-économique faible, la présence de nicotine dans le méconium, le faible poids à la naissance (peu importe le sexe) et le diagnostic de TDAH. Ces derniers résultats concordent avec les connaissances scientifiques actuelles.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Jade Ouellettefr
dc.rightsAttribution - Partage dans les Mêmes Conditions 2.5 Canada*
dc.rightsAttribution - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nd/2.5/ca/*
dc.subjectExposition fœtalefr
dc.subjectContamination in uterofr
dc.subjectMéconiumfr
dc.subjectTDAHfr
dc.subjectFacteurs de risques d'expositionfr
dc.subjectCohortefr
dc.subjectGESTEfr
dc.subjectPesticidesfr
dc.subjectPharmaceutiquesfr
dc.titleContamination "in utero" définie par le méconium : perspectives sur les facteurs de risques d’exposition environnementale et la prévalence du TDAH en Estriefr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.grantotherFaculté de géniefr
tme.degree.grantotherFaculté de chimiefr
tme.degree.grantotherFaculté de médecine et des sciences de la santéfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Jade Ouellette
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Jade Ouellette