Show simple document record

dc.contributor.advisorBeaulieu, Paul
dc.contributor.authorPaul, Manon
dc.date.accessioned2020-02-28T20:49:28Z
dc.date.available2020-02-28T20:49:28Z
dc.date.created1992
dc.date.issued1992
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/16678
dc.description.abstractLe règlement, en vigueur, sur les déchets biomédicaux (DBM) exige que ceux-ci soient désinfectés et/ou incinérés. Deux incinérateurs de DBM sont actuellement en fonction au Québec; l'un est situé à Gatineau et l'autre à Montréal. Les régions de Québec et de Chaudière-Appalaches (2 régions administratives du Conseil Régional de la Santé et des Services Sociaux - CRSSS) ont envisagé l'implantation d'un incinérateur dédié comme solution régionale de traitement des DBM. L'incinération de DBM génère des risques pour la santé publique et l'environnement. Ces risques proviennent en majeure partie d'émissions de polluants atmosphériques ainsi que de la présence de contaminants contenus dans les eaux de traitement et dans les cendres. Ces formes de pollutions peuvent être réduites aux normes réglementaires jugées acceptables en termes de risque. C'est-à-dire que ces normes assurent, jusqu'à un certain point, que les quantités émises de contaminants ne dépasseront pas ces limites, atténuant ainsi les risques que présente l'incinération des DBM. Ce mode d'élimination des DBM requiert des contrôles afin d'obtenir le rendement assuré par les concepteurs. Ils s'effectuent au niveau des étapes de gestion des DBM jusqu'au lieu d'incinération, du fonctionnement et de l'opération de l'incinérateur ainsi que des performances et de l'entretien de l'incinérateur. Les types d'installations retenus sont au centre des contrôles à effectuer. Ces risques, issus de l'incinération des DBM, peuvent engendrer des crises, situations forts complexes. Une panoplie de points caractérise chacune des crises; cependant elles présentent généralement de fortes pressions aux niveaux décisionnel et organisationnel. Des crises technologiques, environnementales et sociales sont susceptibles de se présenter, reliés à l'incinération des DBM. Les crises technologiques proviennent d'une forte perturbation dans le processus normal de fonctionnement, de là découlent les catastrophes technologiques. Dans le cas d'un incinérateur dédié aux DBM, la crise technologique est celle dont la probabilité de se produire est la plus faible. Résultat de rejets de polluants émis sous diverses formes (c'est-à-dire dans l'air, l'eau et les cendres), les crises environnementales sont causées par des préjudices à la santé publique et/ou à l'environnement. Pour les crises environnementales, le potentiel de présentation est fort. Il dépend essentiellement des contrôles effectués sur les installations, ainsi que sur le choix des appareils utilisés. Les crises sociales, quant à elles, prennent naissance dans la crainte que se produise un désastre technologique et environnemental. Ce type de crises peuvent se produire avant même que l'incinérateur dédié aux DBM soit installé et peuvent être présentes tout au long du fonctionnement des installations. Les crises sociales ont une très forte probabilité de se présenter. Aujourd'hui, l'implantation d'une nouvelle technologie ne se fait pas facilement. Les citoyens connaissent les répercussions négatives du développement technologique. Il faut maintenant assurer un niveau certain de sécurité afin de pouvoir mettre un projet de l'avant.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Manon Paul
dc.subjectDéchets biomédicaux
dc.subjectIncinération
dc.titleIdentification des crises potentielles résultant de l'implantation et de l'opération d'un incinérateur dédié aux déchets biomédicaux
dc.typeEssai
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durable
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM. Env.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record