Show simple document record

dc.contributor.advisorHeitz, Michèle
dc.contributor.authorBérubé, Martine
dc.date.accessioned2020-02-28T19:20:44Z
dc.date.available2020-02-28T19:20:44Z
dc.date.created1991
dc.date.issued1991
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/16632
dc.description.abstractLes générateurs de déchets biomédicaux de la région Mauricie-Bois-Francs devront, à partir du 1er janvier 1992, disposer de leurs déchets à un prix de 2 250$/tonne chez Decom à Gatineau, seule compagnie privée autorisée à recevoir et à traiter les déchets biomédicaux infectieux. Ainsi, l'installation d'un nouvel incinérateur de déchets biomédicaux muni d'équipements d'épuration de l'air à l'Hôtel-Dieu d'Arthabaska est une option de disposition tout à fait justifiée d'un point de vue régional. Les autres institutions hospitalières qui ont également été considérées sont les suivantes: le centre hospitalier de Saint-Ferdinand; le centre hospitalier des Bois-Francs à Victoriaville; le centre hospitalier de Plessisville. De plus, les déchets biomédicaux infectieux produits par les petits générateurs tel les CLSC, les centres d'hébergement, les hôpitaux vétérinaires, les cliniques privées, les pharmacies et les laboratoires ont aussi été tenus pour compte dans cette étude. La caractérisation des déchets effectuée à l'hôpital ainsi que les études économiques réalisées sont basées sur quatre scénarios de traitement, dont un seul s'avère intéressant, soit l'incinération de la totalité des déchets hospitaliers de l'Hôtel-Dieu d'Arthabaska et des déchets biomédicaux infectieux des autres institutions. Notons que présentement, l'Hôtel-Dieu d'Arthabaska produit en moyenne 0,58 kg/lit/jour (par lit d'hôpital) de déchets biomédicaux et 1,8 kg/lit/jour de déchets au total, en excluant le papier. Trois des sept systèmes d'incinération analysés peuvent être rentabilisés en moins de cinq ans en considérant des coûts d'investissement pouvant atteindre jusqu'à 1 200 000$. Ces résultats tiennent compte d'un coût de traitement de 1 250$/tonne facturé par l'Hôtel-Dieu d'Arthabaska à chaque générateur auparavant mentionné, et du scénario de traitement le plus intéressant. Les propositions les plus économiques semblent se conformer aux normes futures du Ministère de l'Environnement et du Ministère de la Santé et des Services Sociaux ainsi qu'aux standards qui seront bientôt proposés par le Conseil Canadien des Ministres en Environnement.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Martine Bérubé
dc.subjectDéchets biomédicaux
dc.subjectDéchets dangereux
dc.subjectIncinération
dc.titleÉtude techno-économique de la valorisation énergétique des déchets biomédicaux de la région des Bois-Francs
dc.typeEssai
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durable
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM. Env.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record