Show simple document record

dc.contributor.advisorBeauchamp, Miriam
dc.contributor.authorMarleau, Isabellefr
dc.date.accessioned2020-01-21T16:31:57Z
dc.date.available2020-01-21T16:31:57Z
dc.date.created2020fr
dc.date.issued2020-01-21
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/16381
dc.description.abstractLes progrès de la médecine ont entraîné une augmentation du taux de survie des prématurés. Cependant, cette situation s'accompagne d'une morbidité accrue chez de nombreux enfants qui subissent les conséquences de dommages neurologiques diffus dus à la fragilité de leur cerveau en développement. En effet, il est connu que les enfants nés avant 28 semaines de gestation présentent des déficits physiques, cognitifs, scolaires, comportementaux, fonctionnels, émotionnels et sociaux. Bien que des déficits sociaux globaux aient été identifiés à plusieurs reprises, on en sait peu sur les origines de ces difficultés. En particulier, il existe peu d'informations sur l'intégrité des compétences sociales cognitives, telles que la théorie de l'esprit, chez les enfants prématurés. Le but de cette étude était donc d’évaluer la cognition sociale, les habiletés sociales adaptatives et le comportement social chez les enfants nés extrêmement prématurés. L’échantillon comprend 30 enfants nés avant 28 semaines de gestation (13 garçons) et 30 enfants nés à terme (15 garçons) ont complété des tâches de cognition sociale (théorie de l’esprit, reconnaissance des émotions) entre 4:6 et 5:11 ans (M = 5,29, SD = 0,28). Leurs parents ont rempli des questionnaires mesurant le fonctionnement social adaptatif et le comportement social de leur enfant. Après contrôle d’éventuelles variables confondantes (habiletés cognitives, fonctions attentionnelles et exécutives, caractéristiques sociodémographiques et périnatales), une analyse de covariance a révélé une performance plus faible dans le groupe des enfants prématurés pour la théorie de l'esprit (p <0,01) et la reconnaissance de l'affect (p<0,01). Les questionnaires rempli par les parents ont également révélé un niveau de fonctionnement social adaptatif plus faible (p<0,01) et moins de comportements prosociaux (p = 0,04) chez les enfants nés prématurément. Les résultats indiquent donc que les enfants nés avant 29 semaines de gestation ont des résultats inférieurs à leurs pairs nés à terme en ce qui concerne la cognition sociale et que leurs parents perçoivent chez eux de moindres habiletés sociales. Ces résultats peuvent être à la base d'une diminution de la compétence sociale et peuvent fournir des balises pour la mise au point d'interventions ciblées visant à optimiser le fonctionnement social des enfants nés prématurément.fr
dc.language.isofrefr
dc.language.isoengfr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Isabelle Marleaufr
dc.subjectPrématuritéfr
dc.subjectCognition socialefr
dc.subjectHabiletés socialesfr
dc.subjectThéorie de l'espritfr
dc.subjectDéveloppement socialfr
dc.titleLes habiletés sociales des enfants prématurés d'âge préscolairefr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplinePsychologiefr
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humainesfr
tme.degree.levelDoctoratfr
tme.degree.nameD. Ps.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record