Show simple document record

dc.contributor.advisorDucreux, Edwige
dc.contributor.authorZenere, Pascalfr
dc.date.accessioned2020-01-08T19:01:54Z
dc.date.available2020-01-08T19:01:54Z
dc.date.created2019fr
dc.date.issued2020-01-08
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/16360
dc.description.abstractLa pratique de la méditation de pleine conscience dans différents milieux professionnels a montré des effets positifs chez les travailleurs. En effet, la pleine conscience permet d’améliorer la santé psychologique et de diminuer les symptômes de détresse psychologique des employés, en plus de favoriser l’adaptation aux changements organisationnels (Grégoire, Baron, & Montani, 2014; Virgili, 2015). Aux vues de ces effets probants, une gestionnaire d’équipe du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Estrie - Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke, a décidé de proposer aux membres de son équipe d’expérimenter un programme de pleine conscience. Celle-ci s’inquiétait d’observer plusieurs signes de détresse psychologique chez les membres de son équipe en lien avec la réorganisation du réseau québécois de la santé et des services sociaux ayant cours à l’époque (Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, 2017). Un programme de méditation de huit semaines basé sur la thérapie cognitive basée sur la pleine conscience (Mindfullness-based cognitive therapy ou MBCT) (Ducreux, Jasmin, Zenere, & Desroches, 2016) a donc été mis en place. La présente recherche a pour objectif d’évaluer, à l’aide d’un plan de recherche pré-expérimental, les effets de ce programme de méditation, sur le trait de pleine conscience des participants (Five Facets Mindfulness Questionnaire), ainsi que sur leurs niveaux de détresse psychologique (Depression, anxiety, stress scale). Le lien entre le temps de pratique de pleine conscience des participants et ces variables a également été exploré. L’échantillon final se compose de sept participantes. Les résultats de tests de Wilcoxon montrent que la non-réactivité aux événements privés, sous-échelle mesurant le trait de pleine conscience, présente une augmentation significative et que le score total de détresse psychologique, de même que la sous-échelle mesurant le stress montrent une diminution significative. Des corrélations de Spearman montrent que le trait de pleine conscience présente plusieurs liens négatifs avec la détresse psychologique des participants. De façon plus surprenante, des liens positifs ont été obtenus entre deux des sous-échelles mesurant le trait de pleine conscience et la sous-échelle anxiété au prétest. De surcroît, contrairement à ce qui était attendu, aucun lien n’a été trouvé entre le temps de pratique des participantes et les effets attendus du programme de pleine conscience. Ces résultats seront discutés à la lumière de considérations théoriques, statistiques et contextuelles. Les retombées possibles de ce mémoire seront également abordées en plus de pistes de recherches futures.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Pascal Zenerefr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectPleine consciencefr
dc.subjectSanté et services sociauxfr
dc.subjectProfessionnelsfr
dc.subjectQuébécoisfr
dc.titleÉvaluation d’un programme de pleine conscience dispensé auprès d’une équipe du réseau québécois de la santé et des services sociauxfr
dc.typeThèsefr
tme.degree.disciplinePsychologiefr
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humainesfr
tme.degree.levelDoctoratfr
tme.degree.nameD. Ps.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Pascal Zenere
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Pascal Zenere