Show simple document record

dc.contributor.advisorPopescu Holgado, Otilia
dc.contributor.authorAllard-Martin, Charlesfr
dc.date.accessioned2019-09-24T17:20:33Z
dc.date.available2019-09-24T17:20:33Z
dc.date.created2019fr
dc.date.issued2019-09-24
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/16005
dc.description.abstractCe mémoire s’inscrit dans une recherche exploratoire menée dans le cadre d’une révision du processus de reconnaissance des acquis de métier (RAM) implanté au baccalauréat en enseignement professionnel (BEP) à l’Université de Sherbrooke. L’instauration d’une nouvelle liste de critères d’évaluation, utilisée par les experts de métier qui ont pour mandat d’évaluer les dossiers de RAM rédigés par les étudiants inscrits au BEP, a mené à différents questionnements, notamment sur les effets réels de ce nouvel outil sur l’activité évaluative desdits experts. Partant de ce questionnement général, ce mémoire s’intéresse à deux critères inclus dans la liste de critère d’évaluation récemment instaurée, soit le critère de variété et le critère de complexité des situations décrites dans le portfolio. Plus spécifiquement, il tente d’identifier les éléments sur lesquels les experts se basent pour justifier un manque ou la présence de complexité ou de variété dans les dossiers de RAM qu’ils ont à évaluer. Cette identification permet de documenter les décalages entre les critères tels que définis dans la liste de critères d’évaluation pour la RAM et l’interprétation de ces critères par les experts dans leur activité évaluative. Empruntant du domaine de la didactique professionnelle, le cadre théorique de la présente recherche mobilise l’analyse de l’activité, telle que définie par Holgado (2015) et Clauzard (2008). Mettant en relation trois éléments (la tâche, l’activité et la situation), l’analyse de l’activité permet d’identifier les compétences et connaissances déployées par un individu pour accomplir une tâche donnée. Plus spécifiquement dans le cas de ce mémoire, c’est l’analyse de l’activité évaluative des experts qui prime. C’est cette analyse qui permet, ultimement, l’identification des éléments sur lesquels les experts se basent pour justifier un manque ou la présence de complexité ou de variété dans les dossiers de RAM, citée précédemment. Une analyse qualitative et exploratoire de données secondaires provenant d’une recherche globale menée dans le cadre d’une révision du processus de reconnaissance des acquis de métier à l’Université de Sherbrooke constitue le devis de recherche de ce mémoire. Se basant sur les principes de l’analyse inductive générale, l’analyse exploratoire des données permet de faire émerger des propos des experts les éléments sur lesquels ils se basent pour justifier ce qu’ils considèrent comme étant un contenu suffisamment ou insuffisamment varié ou complexe et qui amène donc une évaluation à la baisse des dossiers de RAM évalués. Les résultats de l’analyse permettent d’identifier plusieurs éléments de convergence et de divergence entre les définitions des critères de variété et de complexité tels que définis dans la liste de critères d’évaluation et l’interprétation de ces critères par les experts dans leur activité évaluative. En ce qui a trait au critère de variété, les experts semblent interpréter le critère de façon similaire à ce qui est proposé comme définition dans l’outil d’évaluation. En effet, de façon générale, les experts, comme la liste de critères d’évaluation, se basent sur le fait de présenter des exemples suffisamment différents pour prouver la variété. Pour ce qui est du critère de complexité, il semble plutôt être considéré comme un critère « fourre-tout ». Puisque la définition donnée dans l’outil d’évaluation comprend plusieurs éléments subjectifs, il semblerait que les experts ont de la difficulté à bien cerner ce qu’est la complexité dans le cadre de leur mandat. C’est pourquoi plusieurs experts utilisent le critère de complexité pour justifier leur évaluation, et ce, même si les raisons qu’ils énoncent ne sont pas en lien avec la manière dont la liste de critères d’évaluation définit ce critère (d’où l’idée du critère « fourre-tout »). L’analyse nous permet aussi de mettre de l’avant différents constats quant à l’utilisation générale du nouvel outil d’évaluation instauré pour le processus de RAM au BEP de l’Université de Sherbrooke. Ces constats montrent notamment que certains experts semblent avoir de la difficulté à appliquer adéquatement l’échelle d’évaluation décrite dans la liste de critères d’évaluation, que les critères généraux d’évaluation se glissent dans les justifications des évaluations de la complexité et de la variété et que les experts semblent se baser sur des éléments plus concrets et spécifiques à leur métier pour justifier la présence de variété et de complexité dans le contenu des dossiers de RAM que ce qui est proposé dans l’outil d’évaluation.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Charles Allard-Martinfr
dc.subjectReconnaissance des acquis de métierfr
dc.subjectEnseignement professionnelfr
dc.subjectAnalyse de l'activité évaluativefr
dc.subjectExpert de métierfr
dc.subjectPortfoliofr
dc.titleAnalyse de l’activité évaluative des experts pour la reconnaissance des acquis de métier au baccalauréat en enseignement professionnel de l’Université de Sherbrookefr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineSciences de l'éducationfr
tme.degree.grantorFaculté d'éducationfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM.A.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record