Show simple document record

dc.contributor.advisorClaveau, François
dc.contributor.advisorGilbert, Bruce
dc.contributor.authorBeaulieu, Vincentfr
dc.date.accessioned2019-09-13T14:13:37Z
dc.date.available2019-09-13T14:13:37Z
dc.date.created2019fr
dc.date.issued2019-09-13
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/15987
dc.description.abstractLa contestation sociale mène souvent à l’agglomération non préméditée de diverses revendications et moyens de contestation, ce qui peut entrainer des conflits au sein d’un mouvement. Au tournant du 21e siècle, une norme organisationnelle émerge du mouvement antimondialisation/altermondialiste; le respect de la diversité des tactiques (RDT). Cette norme se présente comme une alternative aux débats sur l’usage de moyens violents dans la contestation en prônant une solidarité dans la multiplicité des méthodes, qu’elles soient violentes ou non. Suite à son émergence, le RDT s’est popularisé dans certains milieux activistes, plus particulièrement dans les réseaux antiautoritaires, sans toutefois faire l’objet d’une analyse rigoureuse. L’objectif du présent mémoire est d’offrir une interprétation du RDT via un défrichage conceptuel non essentialiste. La recherche effectuée mène à l’identification de trois caractéristiques principales au RDT : il s’agit d’une norme organisationnelle, une norme de regroupements et une norme de transformation. Les résultats de la recherche suggèrent qu’un mouvement de contestation sociale respecte la norme du RDT si et seulement si : 1. l’usage de la violence n’est pas unilatéralement interdit; 2. aucun groupe ou organisation n’impose de ligne de conduite sur l’ensemble des agents contestataires dans les évènements ouverts à toutes et tous; 3. aucun groupe ou organisation ne condamne publiquement les agissements des autres agents contestataires. Cette définition de la norme organisationnelle peut être justifiée en fonction des principes du droit à la révolte, de l’antiautoritarisme et de la solidarité. En conclusion, le RDT n’est pas une solution miracle pour la coordination des mouvement contestataires mais il a le potentiel d’ouvrir des discussions réflexives et critiques concernant les moyens de la contestation sociale.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Vincent Beaulieufr
dc.subjectContestation socialefr
dc.subjectViolencefr
dc.subjectNon-violencefr
dc.subjectDiversitéfr
dc.subjectTactiquesfr
dc.subjectSolidaritéfr
dc.titleViolence et contestation sociale : le respect de la diversité des tactiques en tant que norme organisationnelle solidairefr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplinePhilosophie et éthiquefr
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humainesfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM.A.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record