Show simple document record

dc.contributor.advisorVierstraete, Valérie
dc.contributor.authorEmond, Laurentfr
dc.date.accessioned2019-09-03T13:18:34Z
dc.date.available2019-09-03T13:18:34Z
dc.date.created2019fr
dc.date.issued2019-09-03
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/15954
dc.description.abstractEn 2017, Richard H. Thaler est le lauréat du prix Nobel d'économie pour sa compréhension de la psychologie de l'économie. Plusieurs sommités du secteur de la finance telles que Daniel Kahneman, Dan Ariely et Robert Shiller, pour ne nommer que ceux-là, font aussi partie des économistes qui se sont forgé une solide réputation au sein de la communauté de l'économie comportementale. Ce travail s'inscrit donc dans cette nouvelle tendance qu'est d'unir la psychologie et les comportements humains aux secteurs de la finance et des marchés financiers. L'élément central de ce travail repose sur un sondage de 150 questions effectué sur 166 étudiants et étudiantes de 1er et 2e cycle des programmes de finance, d'économie et comptabilité de l'Université de Sherbrooke. L'objectif est de proposer une première image de ce à quoi cette nouvelle génération d'investisseurs que sont les milléniaux pourrait ressembler. Les individus de l'échantillon sont associés à différents profils d'investisseurs comportementaux en fonction de leur aversion au risque et de leur stratégie d'investissement. Les différents biais comportementaux influençant les décisions d'investissements sont ensuite quantifiés. Les résultats proposent que les investisseurs milléniaux québécois ayant des con-naissances et/ou un intérêt pour la finance questionnés recherchent une certaine autonomie et indépendance dans le processus d'investissement. La facilité d'accès à l'information et l'instantanéité des moyens de communication font qu'ils ont tendance à réagir rapidement et impulsivement aux divers événements. Le comportement grégaire et l'influence des pairs se font définitivement sentir dans leur processus d'investissement. Finalement, le fait qu'ils aient évolué dans le plus long marché haussier de l'histoire fait qu'ils ont tendance à sous-estimer leur tolérance au risque et surestimer leurs compétences.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Laurent Émondfr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectÉconomiefr
dc.subjectFinance comportementalefr
dc.subjectPsychologiefr
dc.subjectInvestissementfr
dc.subjectMilléniaux Québecfr
dc.titleLes biais comportementaux influençant les décisions d'investissement des milléniaux au Québecfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineÉconomiquefr
tme.degree.grantorÉcole de gestionfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Laurent Émond
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Laurent Émond