Show simple document record

dc.contributor.advisorPelletier, Ghislain
dc.contributor.advisorPetitclerc, Denis
dc.contributor.advisorMorisset, Jean
dc.contributor.authorDubreuil, Pascal
dc.date.accessioned2019-08-20T19:22:49Z
dc.date.available2019-08-20T19:22:49Z
dc.date.created1988
dc.date.issued1988
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/15929
dc.description.abstractIl est maintenant connu que des apports exogènes de somatotropine (ST) d'origine porcine ou même d'origine humaine ont pour effet de modifier le métabolisme et d'influencer certains paramètres de production. Suite à ces traitements, il a été rapporté des augmentations de production laitière chez la truie et des augmentations des performances zootechniques d'animaux en période de croissance. De leur côté, les hormones thyroïdiennes sont aussi étroitement impliquées dans les processus de lactation et de croissance. La sécrétion de ST est contrôlée par deux facteurs hypothalamiques: la somatocrinine (GRF) et la somatostatine (SRIF) qui respectivement stimule et inhibe le relâchement de ST par les cellules somatotropes de la glande hypophyse. La sécrétion des hormones thyroïdiennes est sous le contrôle de l'hormone hypophysaire thyrostimulante (TSH) qui elle-même dépend de deux facteurs hypothalamiques: la thyréolibérine (TRF) et la somatostatine qui respectivement stimule et inhibe le relâchement de TSH. Le TRF aurait aussi un rôle important à jouer dans le contrôle de la sécrétion de prolactine (PRL), hormone étroitement impliquée dans le processus de la lactation. Une augmentation de la concentration sérique de ST peut donc être obtenue par la manipulation de ces facteurs hypothalamiques. Chez le porc, des injections intraveineuses de GRF ont provoqué des augmentations sériques de ST. Deux sources possibles de GRF étaient dès lors disponibles, soit le hGRF(1-44)NH2 et le hGRF(1-29)NH2. Ces deux peptides ont démontré une même activité libératrice de ST sur une base molaire (PETITCLERC et al., 1987). Pour cette raison, presque toutes nos expériences ont été réalisées avec du hGRF(1-29)NH2. Puisque la prise d'échantillons sanguins chez le porc s'étale sur une longue période, la mise en place des canules jugulaires sous anesthésie générale nous a été impérative. L'anesthésie a eu pour effet d'augmenter les niveaux sériques de ST par l'action inhibitrice des produits anesthésiants sur la libération des facteurs hypothalamiques dont la SRIF. De plus, 16 heures après la fin de l'anesthésie les niveaux basaux et stimulés par le GRF de ST étaient comparables à ceux des animaux témoins. Dans une première étude, nous avons voulu étudier chez le porc le profil de libération de la ST sur une période de 60 heures. Durant cette période, l'alimentation n'a pas affecté les niveaux de ST; par contre, durant les périodes d'obscurité, les niveaux basaux de ST ont été diminués. Une différence entre les mâles castrés et les femelles a été observée démontrant que les femelles libèrent plus de ST que des mâles de même poids et même âge. Une étude subséquente portant sur les effets de l'âge et du sexe sur les niveaux basaux et stimulés de ST a démontré que chez le porc en croissance, les niveaux de ST diminuent avec l'âge et que la réponse à une stimulation au GRF diminue aussi avec l'âge. Aucune différence entre mâles et femelles n'a été notée bien que les femelles ont eu tendance à répondre mieux suite à une injection de GRF. Les résultats de l'étude précédente semblent indiquer la possibilité de l'action de certaines hormones sexuelles sur la sensibilité de la glande hypophyse à l'action des facteurs agissant sur la libération de ST. La castration a eu pour effet de diminuer les niveaux basaux de ST ainsi que la réponse de cette dernière au GRF. Par contre, l'administration exogène de testostérone sur une période de 10 jours n'a pas amené de changements significatifs des niveaux de ST sérique. Par la suite, nous avons déterminé les doses de GRF et de TRF optimisant la libération de ST, PRL, triiodothyronine (T3) et de thyroxine (T4); et par la suite, nous avons évalué l'effet combiné de ces deux facteurs sur la libération des hormones précitées. Il a été noté que le GRF possède une action spécifique sur la libération de ST et que le TRF libère spécifiquement la T3 , la T4 et la PRL mais qu'aucun des deux facteurs n'influence l'action libératrice du second sur chacune des hormones citées. Connaissant les doses optimales et les effets spécifiques de chacun de ces facteurs, des études à long terme ont été entreprises chez la truie en période de lactation et chez le porc en période d'engraissement. Chez la truie laitière, la sécrétion de ST a eu pour effet d'augmenter suite aux injections répétées de GRF. Par contre, la production laitière, la composition du lait ainsi que la croissance des jeunes porcelets n'ont pas été affectées par un traitement au GRF. Chez l'animal en croissance, la libération de ST a été maintenue au cours d'une période de trois mois. De plus, une action synergique du GRF et du TRF sur la libération de ST a été notée. Une action marquée du GRF par l'intermédiaire de la ST a été notée sur les paramètres de composition corporelle: en effet, on a noté une diminution importante les indices de la composition en gras de la carcasse ainsi qu'une tendance à une augmentation des quantités de muscles. Par contre, les autres paramètres zootechniques tels le gain moyen quotidien, la consommation alimentaire et l'efficacité alimentaire n'ont pas été influencés par l'action de ces facteurs hypothalamiques. Ces expériences ne représentent en fait qu'un première ébauche des effets possibles de ces facteurs hypothalamiques (GRF et TRF) sur les animaux de consommation. Bien que certains résultats ne soient pas à la hauteur de ceux escomptés, nous croyons que de futurs travaux dans le domaine permettront d'arriver à des résultats prometteurs.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Pascal Dubreuil
dc.subjectGlandes mammaires--Sécrétions--Physiologie
dc.subjectLactation--Physiologie
dc.subjectLait--Physiologie
dc.subjectPorcs--Physiologie vétérinaire
dc.subjectSomatotrophine
dc.titleÉtude des effets anabolisants de la somatocrinine et/ou de la thyréolibérine sur les performances zootechniques de la truie en période de lactation et chez le porc en période de croissance
dc.typeThèse
tme.degree.disciplineBiologie
tme.degree.grantorFaculté des sciences
tme.degree.levelDoctorat
tme.degree.namePh.D.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record