Show simple document record

dc.contributor.advisor[non identifié]
dc.contributor.authorPelletier, Anne
dc.date.accessioned2019-07-05T13:55:41Z
dc.date.available2019-07-05T13:55:41Z
dc.date.created1985
dc.date.issued1985
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/15710
dc.description.abstractLe but initial de ce travail était de cloner le gène Vk-1A exprimé par le myélome FLOPC-1 en utilisant la stratégie suivante, afin de le séquencer et d'étudier ainsi les mutations somatiques de ce gène. Les fragments BamHI de longueurs désirées seraient d'abord séparés par gel d'électrophorèse, puis encapsidés in vitro dans le bactériophage L. Les phages recombinants seraient ensuite sélectionnés par des hybridations in situ effectuées avec une sonde complémentaire aux gènes JK (Jk). Celle-ci révèle 2 fragments BamHI lorsqu'hybridée avec l'ADN du myélome FLOPC-1. L'un deux, de 12,9 kb, contient les régions Jk-1VS-Ck non-réarrangées. L'autre, de 11,5 kb, contient l'allèle réarrangée sous forme Vk-1A-Jk1-1VS-Ck. J'ai donc effectué 3 clonages dans L et isolé 15 recombinants hybridant avec la sonde Jk. L'analyse de ces 15 clones a démontré qu'ils ont tous incorporé le fragment non-réarrangé de 12,9 kb. La question qui s'est alors imposée est la suivante: a t'on déjà mis en évidence des mutations somatiques sur l'allèle non-réarrangée d'un lymphocyte B différencié? Une revue de la littérature a révélé que cette question n'avait jamais été examinée, bien qu'elle soit importante. En effet, les connaissances accumulées indiquent qu'une hypermutation somatique se produit lors de la différenciation des lymphocytes B. Cette hypermutation se produit seulement sur quelques kilobases autour du site de réarrangement V-J et affecte uniquement les gènes V réarrangés et non ceux demeurés dans leur conformation embryonnaire. Cette spécificité peut s'expliquer de différentes façons. 1) Le mécanisme impliqué reconnait la nouvelle séquence urée par le réarrangement. 2) Il reconnait la nouvelle structure crée par le réarrangement. 3) Il reconnait une séquence située dans la région J-C et active seulement dans les lymphocytes B différenciés. 4) Il est lié au taux de transcription des gènes d'immunoglobulines. Si une des 2 dernières hypothèses est vraie, la région Jk de l'allèle non-réarrangée isolée d'un myélome devrait être affectée par ces mutations. La séquence du fragment HinIII contenant les gènes Jk non-réarrangés du myélome FLOPC-1 a été réalisée puis comparée avec la séquence consensus de la même région isolée de cellules embryonnaires. Plusieurs différences sont observées, mais leurs caractéristiques ne correspondent pas à celles des mutations somatiques connues. La séquence de la région Jk embryonnaire a donc été vérifiée et la séquence consensus modifiée en conséquence. Une fois ces corrections apportées, il reste une seule différence attribuable à une mutation qui résulte de l'insertion de résidu guanine dans la région intervenante en 3' de Jk5. On peut donc conclure que la région Jk non-réarrangée du myélome FLOPC-1 n'est pas hypermutée.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Anne Pelletier
dc.titleClonage et analyse de la séquence de la région Jk non-réarrangée du myélome de souris FLOPC-1
dc.typeMémoire
tme.degree.disciplineBiochimie
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santé
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM. Sc.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record