Show simple document record

dc.contributor.advisor[non identifié]
dc.contributor.authorDumont, Michel
dc.date.accessioned2019-07-05T13:55:16Z
dc.date.available2019-07-05T13:55:16Z
dc.date.created1982
dc.date.issued1982
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/15696
dc.description.abstractPlusieurs populations de cellules chromaffines de la médullosurrénale de boeuf ont été isolées. Premièrement, par des digestions avec de la collagénase (préparation cellulaire originale) suivies d'une sédimentation à travers un gradient d'albumine de boeuf (couches cellulaires I, II et III). Nos études sur ces différentes populations démontrent: 1° Qu'il y a au moins trois types de cellules chromaffines: les cellules A (adrénaline), les cellules NA (noradrénaline) et les cellules ayant de petits granules (cellules SGC). 2° Que la préparation cellulaire originale contient plus d'A que de NA et que la couche cellulaire I contient plus de NA que d'A comparativement aux couches cellulaires II et III qui elles contiennent respectivement 1,3 et 3,3 fois plus d'A que de NA. 3° Que l'acétylcholine (ACh) induit la sécrétion des catécholamines (CA) à partir de la préparation cellulaire originale ainsi que des trois couches cellulaires, plus particulièrement la couche cellulaire I en sécrétant 20% de son contenu total en CA. 4° Que l'ACh induit également une augmentation de 3,15, 2,15 et 4,21 fois les niveaux de base du guanosine 3'5' mono-phosphate cyclique (GMP cyclique) dans la préparation cellulaire originale et les couches cellulaires II et III, respectivement. Par contre, aucune augmentation n'a été observée au niveau de la couche cellulaire I. 5° Que le récepteur opiacé (liaison de l'étorphine-3H) se retrouve principalement associé à la couche cellulaire III. L'utilisation de dosages radio-immunologiques hautement spécifiques pour la dynorphine (Dyn) et pour la leucine-enképhaline (Leu-enképhaline) a permis de démontrer les points suivants: 1° La préparation cellulaire originale contient 2,9 fois plus de Leu-enképhaline que de Dyn. 2° La Dyn est principalement détectée dans la couche cellulaire I, donc associée à une couche cellulaire enrichie en NA tandis que la Leu-enképhaline est plutôt concentrée dans la couche cellulaire III qui est enrichie en A. 3° La sécrétion de Dyn et de Leu-enképhaline à partir des différentes couches cellulaires en réponse à l'ACh correspond aux contenus ci-haut mentionnés à savoir: la couche cellulaire I sécrète surtout la Dyn tandis que la couche cellulaire III sécrète plutôt la Leu-enképhaline. 4° Finalement, les peptides opiacés sont retrouvés hautement concentrés dans les granules sécrétoires avec les CA. Nos résultats indiquent que les cellules chromaffines de la médullosurrénale de boeuf peuvent être séparées selon leur contenu spécifique en A, NA et en peptides opiacés et selon leur réponse à des stimuli nicotiniques, muscariniques et opiacés. Également, nos données suggèrent que la Dyn et la Leu-enképhaline ont des voies de biosynthèse différentes et que ces deux peptides sont co-emmagasinés et co-sécrétés avec les CA.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Michel Dumont
dc.titleCaractérisation biochimique de différents types cellulaires de la médullo-surrénale de bœuf en rapport avec leur contenu en catécholamines, dynorphine et leucine-enképhaline
dc.typeMémoire
tme.degree.disciplinePharmacologie
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santé
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM. Sc.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record