Show simple document record

dc.contributor.advisorMénard, Hugues
dc.contributor.advisorBrossard, Louis
dc.contributor.authorChoquette, Yves
dc.date.accessioned2019-07-03T17:51:26Z
dc.date.available2019-07-03T17:51:26Z
dc.date.created1988
dc.date.issued1988
dc.identifier.isbn0315476885
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/15674
dc.description.abstractUne technique originale d'électrocodéposition a été mise au point pour l'élaboration reproductible de matériaux d'électrode propices à l'électrolyse de l'eau. Elle consiste à la déposition simultanée du nickel et de particules métalliques (principalement l'alliage de NiAl - 400 mailles) maintenues en suspension dans un bain de placage composé majoritairement de sels de nickel (bain de Watts). La technique s'est avérée très reproductible au niveau de l'uniformité du dépôt ce qui a été confirmé par microscopie électronique. De plus, nous avons mis au point un artifice nous permettant de contrôler la quantité d'alliage codéposée sur les électrodes. Essentiellement, les particules de NiAl sont maintenues en suspension par inversion de la cellule de placage à une fréquence contrôlée par ordinateur. Lorsque le système est immobile et en position verticale, les particules se déposent sur le support métallique et y sont retenues par la déposition du nickel. Suite à l'inversion de la cellule, la codéposition de l'autre côté du support métallique s'effectue de façon similaire. La littérature ne mentionne aucunement à notre connaissance l’existence d'une telle technique d'électrocodéposition et, ainsi, cette technique fera probablement l'objet d'une prise de brevet. Les performances de ces matériaux pour le dégagement d'hydrogène et d'oxygène ont été évaluées pour des concentrations en KOH de 0.04 M à 32%pds à des températures de 25°C à 70°C. L'élaboration des paramètres permettant la fabrication des électrodes a été réalisée en vertu des performances pour le dégagement d'hydrogène obtenues dans une solution de 1 M KOH à 25°C alors que la caractérisation de l'électrode au niveau industriel s'est effectuée dans une solution de 32%pds KOH à 70°C. Également, la stabilité électrochimique de quelques matériaux a été étudiée à l'aide de la voltampérométrie cyclique. Finalement, l'analyse de la microscopie électronique à balayage nous a permis de caractériser la surface des matériaux.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Yves Choquette
dc.subjectÉlectrodes de nickel
dc.titleÉlectrolyse de l'eau en milieu alcalin sur le nickel et le cobalt de Raney
dc.typeMémoire
tme.degree.disciplineChimie
tme.degree.grantorFaculté des sciences
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM. Sc.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record