Show simple document record

dc.contributor.advisorNarasiah, Subba K.
dc.contributor.authorHébert, Jean
dc.date.accessioned2019-07-03T17:27:39Z
dc.date.available2019-07-03T17:27:39Z
dc.date.created1988
dc.date.issued1988
dc.identifier.isbn0315440090
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/15639
dc.description.abstractLes eaux de lixiviation d'un lieu d'enfouissement sanitaire représentent la menace la plus sérieuse que fait peser ce mode de gestion des déchets sur la qualité de l'environnement. Les caractéristiques du lixiviat évolue avec la stabilisation du site d'enfouissement, ce qui oblige le gestionnaire du site à modifier le système de traitement. Les procédés biologiques présentent un bon potentiel de traitement pour un lixiviat provenant d'un site âgé de quelques années, à cause du rapport DB05/DCO encore élevé. Sa très forte charge organique ainsi que sa toxicité, dûe aux métaux et à certaines substances organiques, compromet cependant la performance du système. Un mode de traitement simple et économique consiste à diluer le lixiviat avec un affluent municipal pour le traiter par un système de boues activées. Nous avons simulé à deux reprises en laboratoire ce procédé avec des réacteurs à mélange complet à opération continue d'une capacité d'environ onze litres, à une température de 20°c. Les constantes de cinétique de réaction ont alors des valeurs inférieures à celles utilisées pour le traitement des eaux usées domestiques. Celà indique une inhibition de la croissance des microorganismes, possiblement dûe aux métaux. Au premier essai, nous traitions un lixiviat ayant une DCO de 11500 mg/l. Le réacteur recevait un mélange comprenant 2% d'eau de lixiviation en volume: la DCO moyenne à l'affluent était de 429 mg/l. Le taux d'enlèvement de la DCO atteignait 95%, mais la procédure expérimentale alors employée rend cet estimé incertain. La dénitrification a provoqué d'importantes pertes à l'effluent. A l'essai avec le deuxième réacteur, nous avons déversé à l'affluent 5% en volume de lixiviat: la DCO du lixiviat représentait 230 des 357 mg/l de la DCO moyenne. Nous avons obtenu un taux d'enlèvement de la DCO de 90%. La défloculation des boues a fait grimper les pertes à l'effluent jusqu'à 171 mgSS/l: après une acclimatation des microorganismes, les solides en suspension à l'effluent sont redescendus à 12,9 mgSS/L.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Jean Hébert
dc.subjectEaux usées--Épuration--Procédé des boues activées
dc.subjectDéchets--Élimination
dc.titleTraitement combiné des eaux de lixiviation de lieux d'enfouissement sanitaire diluées avec des eaux usées domestiques par un système de boues activées
dc.typeMémoire
tme.degree.disciplineGénie civil
tme.degree.grantorFaculté de génie
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM. Sc. A.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record