Show simple document record

dc.contributor.advisorD'Orléans-Juste, Pedro
dc.contributor.authorDesbiens, Louisanefr
dc.date.accessioned2019-05-01T21:27:14Z
dc.date.available2019-05-01T21:27:14Z
dc.date.created2019fr
dc.date.issued2019-05-01
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/15454
dc.description.abstractLa sclérose en plaques (SEP) est une maladie neurodégénérative affectant particulièrement les femmes entre 20 et 45 ans. Des études ont montré que la SEP comporte une composante vasculaire associée à une infiltration lymphocytaire et mastocytaire au niveau du système nerveux central (SNC). De plus il a été montré que les patients atteints de SEP présentent un taux plasmatique d’endothéline-1 (ET-1) élevé. Nous avons rapporté que la chymase murine mMCP-4, une protéase contenue dans les granules de sécrétion des mastocytes, était impliquée dans la voie de synthèse de l’ET 1. Des études ont suggéré que les mastocytes étaient impliqués dans les phases inflammatoires se produisant au cours du développement de l’encéphalopathie auto immune expérimentale (EAE), un modèle animal nous permettant de reproduire, chez la souris, les signes cliniques, histologiques et immunologiques que l’on retrouve chez les patients atteints de SEP. Le but principal de l’étude était donc de montrer l’impact de la mMCP-4 knockout (KO) et de mesurer l’activité de cette enzyme dans la réponse hémodynamique à la big Endothéline-1 (big ET-1) dans la phase inflammatoire précoce de l’EAE chez la souris consciente. Nous avons donc pu montrer que la mMCP-4 KO permettait de retarder l’apparition des premiers signes cliniques pathologiques chez nos souris soumises à l’EAE. Cette amélioration des fonctions neuromotrices est associée à une régression des lésions spinales, soit une plus grande quantité de myéline ainsi qu’une astrogliose et une microgliose moins importante. Nous avons constaté que, chez les souris de type sauvage, l’apparition des premiers symptômes s’accompagne d’une élévation des niveaux d’ET-1 cérébral endogène et de l’ARNmessager (ARNm) de la mMCP-4 cérébral ainsi qu’une potentialisation de la réponse pressive induite par l’administration centrale ou systémique de big-ET-1. L’étude de l’activité chymase-dépendante in vitro nous a permis de voir une réduction de cette activité dans les extraits mastocytaires et cérébraux des souris de type sauvage, mais pas dans les extraits pulmonaires. Chez les souris mMCP 4 KO, nous n’obtenons pas d’élévation des taux endogènes d’ET-1 ni de changement de l’activité chymase évaluée in vitro et in vivo. Toutefois nous observons chez ces souris un taux sérique de TNF α plus élevé de même qu’une augmentation de l’ARNm pulmonaire de l’IL-33 et de la prépro-ET-1 en phase précoce de l’EAE. Nous pouvons donc conclure que l’activité mMCP-4 est augmentée au niveau central et systémique au moment de la phase inflammatoire précoce chez la souris soumise à l’EAE. Nous suggérons que l’effet protecteur observé chez les souris mMCP 4 KO se produit par un mécanisme dépendant du TNF-α qui mène à une élévation de l’expression de la cytokine IL 33 au niveau pulmonaire.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Louisane Desbiensfr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectET-1fr
dc.subjectEAEfr
dc.subjectChymasefr
dc.subjectSouris conscientesfr
dc.titleContribution de la protéase mastocytaire de type 4 (mMCP-4) dans un modèle d’encéphalopathie auto-immune expérimentale (EAE) chez la sourisfr
dc.typeThèsefr
tme.degree.disciplinePharmacologiefr
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santéfr
tme.degree.levelDoctoratfr
tme.degree.namePh.D.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Louisane Desbiens
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Louisane Desbiens