Show simple document record

dc.contributor.advisorO’Neill, Norman T.
dc.contributor.advisorRoyer, Alain
dc.contributor.advisorTeillet, Philippe
dc.contributor.authorBergeron, Martin
dc.date.accessioned2019-04-26T20:16:23Z
dc.date.available2019-04-26T20:16:23Z
dc.date.created2005
dc.date.issued2005
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/15383
dc.description.abstractRésumé: Des applications nombreuses et importantes sont liées à notre connaissance de la modélisation de l'atmosphère. Qu'il s'agisse de climatologie ou de météorologie, du suivi de la couche d'ozone ou du réchauffement global, les prédictions des modèles associés dépendent, en partie, de la qualité de la modélisation de l'atmosphère. La précision de cette modélisation dépend de nos connaissances théoriques et de notre aptitude à estimer les paramètres physiques pertinents. Par le passé, de nombreux efforts ont été consacrés afin de parfaire nos connaissances sur ces deux aspects. Cependant, ces efforts sont rarement accompagnés d'une étude exhaustive des facteurs d'erreur, d'où l'absence d'information quant à leur précision. Par ailleurs, la prépondérance croissante de l'aspect quantitatif sur l'aspect qualitatif en observation de la Terre nécessite une meilleure connaissance des effets atmosphériques sur les images de télédétection. La présente thèse s'inscrit dans cette optique. Ainsi, nous présentons une approche simple et efficace pour l'estimation du bilan d'erreur sur la prédiction du facteur de réflectance bidirectionnel (FRB) apparent au sol à partir des mesures du FRB apparent au capteur. Cette méthode consiste en une analyse de sensibilité et inclut une décomposition de la contribution des différents paramètres à l'erreur totale. Les résultats montrent que, dans le cas du capteur CASI et bien que l'erreur soit très variable, spectralement et de site en site, l'erreur relative (pourcentage d'erreur sur le FRB apparent au sol) est d'environ cinq pour cent, avec une forte augmentation dans le bleu et dans l'infrarouge, pouvant y atteindre, dans ces deux cas, les vingt pour cent. L'étalonnage du capteur CASI est la principale source d'erreur, suivit, de loin, par l'épaisseur optique des aérosols. La méthode est validée du point de vue de son exactitude (validation absolue) à partir de l'extrapolation au sol des FRB apparents au capteur obtenus à partir d'images multi-altitudes. Le FRB apparent au sol ainsi obtenu est considéré représentatif de la vérité-terrain. Les résultats démontrent la validité de la méthode proposée afin d'obtenir la magnitude de l'erreur sur la correction atmosphérique.||Abstract: Improvements to the predictions of climatic and climatological models depend, in part, on the quality of the modelization of the atmosphere. Its precision, in turn, depends on our theoretical understanding and on our capacity to evaluate the relevant atmospheric parameters. In the past, numerous efforts have been made but very few have dealt with an exhaustive study of the error factors, hence the lack of information on their accuracy. The current trend favouring quantitative over qualitative remote sensing necessitates improvements of our knowledge of the impact of atmospheric effects on image data. This thesis contributes to this goal. To this end, we present a simple yet efficient approach to the estimation of the error budget on the prediction of the apparent at-ground bidirectional reflectance factor (BRF) from the apparent at-sensor BRF. This method is essentially a sensibility analysis. Contributions from the different parameters are decomposed according to their relative importance to the total error. Results show that, in the case of the CASI sensor for the selected sites, the relative error (percentage error on the apparent at ground BRF) is around five percent, with a significant increase to about twenty percent in both the blue and the near-infrared. Sensor calibration appears as the largest source of error, aerosol optical depth being a distant second. The method is then validated according to its accuracy (absolute validation) through the extrapolation to the ground of the apparent at-sensor BRF acquired from multi-altitude imagery. The apparent at-ground BRF obtained is then considered representative of the ground truth and thus constitutes an absolute validation of the method. Results demonstrate the validity of the method to estimate the magnitude of the error on the atmospheric correction.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Martin Bergeron
dc.titleBilan d'erreur pour la correction atmosphérique d'images hyperspectrales dans le visible et le proche infrarouge
dc.typeThèse
tme.degree.disciplineTélédétection
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humaines
tme.degree.levelDoctorat
tme.degree.namePh.D.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record