Show simple document record

dc.contributor.advisorMorin, Denis
dc.contributor.authorVandersmissen, Marie-Hélène
dc.date.accessioned2019-04-26T20:06:51Z
dc.date.available2019-04-26T20:06:51Z
dc.date.created1989
dc.date.issued1989
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/15381
dc.description.abstractCette étude a pour principal objectif de comparer l'évolution des composantes socio-économiques des systèmes urbains belge et québécois entre 1971 et 1981 et de vérifier ainsi leur stabilité sur une période de dix ans. Ces systèmes urbains sont respectivement constitués de 97 et de 54 agglomérations. Ces dernières ont toutes atteint et/ou dépassé le seuil de 6500 habitants entre 1951 et 1976. Au départ, trente-quatre indicateurs socio-économiques ont été utilisés pour chacune des périodes de recensement (1971 et 1981). Parmi ces indicateurs, quatre seulement sont relatifs à la taille des agglomérations; il s'agit de la superficie, la population, la densité et la distance; les autres indicateurs sont relatifs à la structure des agglomérations, c'est-à-dire à la croissance de la population, la main-d'oeuvre, les revenus, et le sexe. Comme première analyse, la croissance de chacune des agglomérations par rapport à son entité respective a été mesurée au moyen de l'indice allométrique, sur une période de 35 ans (1951 à 1986). Par la suite, une vingtaine de variables ont été utilisées dans une analyse factorielle de type trans-temporelle. Cette méthode permet de comparer la situation d'une même composante sur plusieurs périodes. Notre analyse a identifié quatre dimensions socio-économiques communes aux deux systèmes urbains: la main-d'oeuvre féminine, l'opposition secondaire-tertiaire, la taille et la position spatiale et la densité de population. L'interprétation des poids locaux a permis d'observer et de comparer l'évolution de chacun des systèmes urbains par rapport aux principales dimensions socio-économiques. De façon générale, les résultats démontrent la stabilité des systèmes urbains belge et québécois entre 1971 et 1981. Un seul changement véritablement important caractérise l'évolution de ces deux ensembles urbains sur cette période; il s'agit de la proportion de main-d'oeuvre féminine au sein de la population active totale.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Marie-Hélène Vandersmissen
dc.titleÉtude comparative des composantes socio-économiques des systèmes urbains belge et québécois 1971-1981
dc.typeMémoire
tme.degree.disciplineSciences géographiques
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humaines
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM. Sc.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record