Show simple document record

dc.contributor.advisor[non identifié]
dc.contributor.authorColon, Cristobal
dc.date.accessioned2019-04-26T20:00:40Z
dc.date.available2019-04-26T20:00:40Z
dc.date.created1993
dc.date.issued1993
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/15351
dc.description.abstractLe pouvoir de résolution spatial réduit de LANDSAT MSS n'incite pas à une utilisation en terrain urbain et l'imagerie SPOT en mode panchromatique est très souvent associée à des données multispectrales. Nous avons pourtant tenté de mettre à profit ces deux types de données satellitaires afin d'établir l'utilisation du sol (SPOT P) et d'analyser l'évolution physique de la tache urbaine à Santiago de las Caballeros, en République Dominicaine, entre 1979 et 1986 (MSS), prolongeant ainsi une collaboration scientifique avec la Pontificia Universidad Catolica Madré Y Maestra. Notre étude s'inscrit dans un effort pour établir un document de base susceptible d'aider à la gestion et à la planification de la ville qui connaît une forte croissance de sa population, due principalement aux apports migratoires. En raison de l'impossibilité constatée d'extraire de façon automatisée les bidonvilles et les divers éléments de la trame urbaine à partir de l'image SPOT P, nous avons finalement adopté, pour établir l'utilisation du sol, une procédure hybride alliant classification dirigée (végétation) et insertion manuelle des thèmes. Au total, ce sont 14 classes qui ont été superposées sur l'image panchromatique rehaussée de Santiago et de sa proche périphérie; elles combinent des éléments de couverture, le résidentiel pauvre et riche ainsi qu'une typologie axée sur la fonction du sol, grâce à des données multisources. Par ailleurs, à l'aide de divers filtrages directionnels nous avons pu, dans un premier temps, séparer les composantes urbaine et non-urbaine, puis extraire le "squelette" urbain (voirie et domaine bâti). Entre 1979 et 1991, les directions de la croissance de Santiago montrent des tendances marquées (fronts d'urbanisation et secteurs de densification), qui viennent fragiliser l'homogénéité et la vocation des bonnes terres agricoles de l'Est de la ville. Ce parti pris préserve les secteurs situés au Sud-Ouest de l'agglomération. Les filtrages nous dévoilent la pauvreté typologique du domaine résidentiel de Santiago et l'homogénéité morphologique relative à chacun des grands types d'habitat, en particulier à l'habitat populaire. On peut aussi observer l'influence du facteur socio-économique sur le choix du site d'implantation des demeures ainsi que sur le niveau de densité du bâti. Les quartiers aisés se retrouvent sur des terrains bien aérés (collines), agréablement exposés (accès au soleil) et avec de la verdure en abondance. Les bidonvilles, quant à eux, occupent des zones interstitielles circonscrites et délaissées de la ville; ceux qui se situent en banlieue sont accrochés aux pentes sur des hauteurs entourant Santiago et davantage étendus.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Cristobal Colon
dc.titleDiscrimination des utilisations du sol en milieu urbain par télédétection aérospatiale à Santiago de los Caballeros, République dominicaine
dc.typeMémoire
tme.degree.disciplineTélédétection
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humaines
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM. Sc.


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail
Thumbnail
Thumbnail
Thumbnail
Thumbnail
Thumbnail
Thumbnail
Thumbnail
Thumbnail
Thumbnail
Thumbnail
Thumbnail
Thumbnail
Thumbnail
Thumbnail
Thumbnail
Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record