Show simple document record

dc.contributor.advisorBaronet, Jacques
dc.contributor.authorBibeau, Jeanfr
dc.date.accessioned2019-04-15T19:04:03Z
dc.date.available2019-04-15T19:04:03Z
dc.date.created2019fr
dc.date.issued2019-04-15
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/15282
dc.description.abstractLes descriptions les plus récentes d'incubateurs d’entreprises soulèvent l’omniprésence des réseaux externes dans les processus de mise en œuvre de l'offre de services de l’organisation. Des recherches antérieures suggèrent que la pratique de gestion consistant à institutionnaliser les réseaux externes peut conduire l’incubateur à un avantage concurrentiel. Cela est également en lien avec les recherches qui prétendent que la transformation du capital humain et relationnel d'une organisation en capital structurel est un élément clé de son capital intellectuel. À partir de notre analyse approfondie de cinq rôles d'un incubateur d'entreprises à succès, seulement le rôle de gestion des réseaux financiers a donné lieu à une pratique d'institutionnalisation des réseaux externes, d'où le passage du capital humain et relationnel au capital structurel. Sur les quatre autres rôles de l’objet, de la sélection, de la sortie et de la gestion des fournisseurs de services, une approche de laisser-faire et un capital humain fort sont constatés. Cela dit, pour le rôle de gestion des réseaux financiers c’est plutôt l’intervention continue et proactive des gestionnaires de l’incubateur et la formalisation des interactions qui sont mises en œuvre. Les résultats de nos recherches proviennent de la triangulation de plus de 50 entretiens approfondis avec les collaborateurs externes d’un incubateur, ses entrepreneurs incubés et ses gestionnaires. Depuis son lancement en 2011, cet incubateur universitaire canadien a aidé au démarrage de 60 entreprises, dont trois seulement ont cessé leurs activités, créant plus de 250 nouveaux emplois et recueillant plus de 50 millions de dollars en investissements pour leurs démarrages. Nos résultats ont des implications pour les chercheurs sur l'incubation d'entreprises, les réseaux et le capital intellectuel ainsi que sur les praticiens tels que les gestionnaires d'incubateurs et diverses parties prenantes en quête de pratiques d'incubation et de gestion de réseaux plus efficaces. Les résultats servent aussi les entrepreneurs qui recherchent un environnement d'incubation adapté à leurs besoins.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Jean Bibeaufr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc/2.5/ca/*
dc.subjectIncubation d'entreprisesfr
dc.subjectRéseauxfr
dc.subjectGestion de réseauxfr
dc.subjectRéseaux financiersfr
dc.subjectCapital intellectuelfr
dc.subjectEntrepreneuriatfr
dc.titleLa pratique d’institutionnalisation des interactions auprès des réseaux externes et son impact pour l’incubateur d’entreprisesfr
dc.typeThèsefr
tme.degree.disciplineManagement et gestion des ressources humainesfr
tme.degree.grantorÉcole de gestionfr
tme.degree.grantotherUQTRfr
tme.degree.levelDoctoratfr
tme.degree.nameD.B.A.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Jean Bibeau
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Jean Bibeau