Show simple document record

dc.contributor.advisorRajotte, Pierre
dc.contributor.authorPrévost, Emiliefr
dc.date.accessioned2019-04-12T13:45:02Z
dc.date.available2019-04-12T13:45:02Z
dc.date.created2019fr
dc.date.issued2019-04-12
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/15279
dc.description.abstractPlusieurs auteurs québécois, tels Joséphine Dandurand, Louis Fréchette, Laure Conan, Louis Dantin, Claude-Henri Grignon ou encore Anne Hébert, ont écrit des contes de Noël. Très populaire à la fin du XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle, cette pratique saisonnière a pourtant été très peu étudiée. Le présent mémoire tente de suppléer quelque peu à ce manque par l’analyse des contes de Noël publiés de 1859 à 1940 dans les recueils et opuscules selon l’axe de la tradition et de la modernité. Dans le premier chapitre, nous examinons en quoi les contes de Noël sont traditionnels par rapport à l’histoire de la fête au Québec et par rapport au contexte littéraire de l’époque. Notre analyse se divise en trois grands thèmes qui sont à la fois mis de l’avant par le clérico-nationalisme et par la célébration des Fêtes : la religion, la famille et le nationalisme. Les contes de Noël se révèlent être ainsi une production embrigadée au service de l’élite bien-pensante et du clergé en promouvant les valeurs chères au catholicisme, en mettant en scène l’idéal traditionnel de la famille et en exaltant les couleurs locales des célébrations de fin d’année. Dans le deuxième chapitre, nous analysons en quoi plusieurs contes de Noël dérogent des conventions traditionnelles en lien avec les trois thèmes identifiés dans le précédent chapitre. Nous découvrons que plusieurs contes font preuve d’une certaine modernité en diluant la morale religieuse et détournant le religieux en faveur de la nouvelle société de consommation, en déconstruisant le modèle traditionnel de la famille et en faisant preuve d’une certaine ouverture envers l’ailleurs. Finalement, la tradition et la modernité se croisent et s’amalgament dans plusieurs contes de Noël de 1859 à 1940. Ce mixte d’ancien et de nouveau est en partie tributaire de l’évolution du contexte littéraire et de la société de l’époque, mais aussi des paradoxes sur lesquels est constituée la fête de Noël.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Emilie Prévostfr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectContes de Noëlfr
dc.subjectLittérature québécoisefr
dc.subjectFêtesfr
dc.subjectTraditionfr
dc.subjectModernitéfr
dc.subjectReligionfr
dc.subjectFamillefr
dc.subjectNationalismefr
dc.titleLes contes de Noël au Québec de 1859 à 1940 : entre tradition et modernitéfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineLettres et littératurefr
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humainesfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM.A.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Emilie Prévost
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Emilie Prévost