Show simple document record

dc.contributor.advisorLaquerre, Mario
dc.contributor.authorGrenier, Jessicafr
dc.date.accessioned2019-04-02T15:15:47Z
dc.date.available2019-04-02T15:15:47Z
dc.date.created2019fr
dc.date.issued2019-04-02
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/15272
dc.description.abstractAvec les années, la gestion des matières résiduelles se complexifie et le Québec n’est pas en reste. Parallèlement, l’introduction de la notion d’économie circulaire exige de nouvelles façons de faire, dont celui de transiger localement. Dans le cadre de la gestion des matières recyclables, les centres de tri sont la pierre angulaire de ce système. On peut donc dire que le tri des matières et la vente de ces dernières nécessitent des améliorations en vue d’être moins dépendants des accords internationaux tels que ceux en vigueur avec la Chine. Toutefois, une question se pose : quelles sont les adaptations nécessaires de la part des centres de tri québécois afin de s’adapter à la transition vers l’économie circulaire? L’analyse des forces et des faiblesses du modèle québécois actuel permettent d’émettre des recommandations pour l’améliorer. À la suite de cette analyse, cinq aspects du système québécois nécessitent des ajustements. Le premier est marqué par l’absence de transparence de la part des centres de tri. En effet, les intervenants québécois exigent peu de renseignements aux centres de tri et ne les publient presque jamais de manière collective. Cette absence d’information peut être palliée par l’implantation d’un règlement qui obligerait les centres de tri à divulguer des informations telles que les acheteurs et leur localisation. Le second aspect concerne la mise en place de standards de qualité nécessaire à la vente locale des matières. Pour y parvenir, le gouvernement pourrait établir par règlement un seuil de qualité auquel l’ensemble des centres de tri devrait se conformer. Le troisième aspect touche la vente locale des matières. Pour être innovant, le gouvernement pourrait mettre en place un outil législatif qui assure le respect d’un quota de vente en sol québécois, de façon à assurer la pérennité de l’économie circulaire au Québec. Le quatrième aspect est plutôt lié à l’uniformité entre les centres de tri, qui sont actuellement indépendants. La mise en place d’un organisme qui aurait pour but d’assurer l’uniformité des pratiques tant pour la collecte, que le tri et la vente des matières permettrait de pallier ce manque. Cet organisme serait alors imputable de ses actions et celles des centres de tri. Le cinquième et dernier aspect est le manque d’innovation en ce qui concerne les débouchés des contenants, emballages et imprimés. Pour rétablir la situation, le gouvernement serait invité à contraindre Éco Entreprises Québec de financer la recherche de débouchés pour les matières qui se retrouvent dans le bac de recyclage. En résumé, la collecte sélective québécoise est efficace, mais nécessite des ajustements visant principalement les centres de tri. L’ensemble des recommandations énoncées permettrait de faciliter la transition vers l’économie circulaire et la pérennité de celle-ci.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Jessica Grenierfr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectÉconomie circulairefr
dc.subjectRECYC-QUÉBECfr
dc.subjectCentre de trifr
dc.subjectMatière recyclablefr
dc.subjectCollectefr
dc.subjectColombie-Britanniquefr
dc.subjectChinefr
dc.subjectÉco Entreprises Québecfr
dc.titleComment les centres de tri québécois peuvent s'adapter à l'économie circulaire?fr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Jessica Grenier
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Jessica Grenier