Show simple document record

dc.contributor.advisorDufour, Jacques
dc.contributor.advisorMatton, Pierre
dc.contributor.authorGrasso, Francesco
dc.date.accessioned2019-04-01T20:11:00Z
dc.date.available2019-04-01T20:11:00Z
dc.date.created1986
dc.date.issued1986
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/15240
dc.description.abstractLes ovaires de 121 cochettes ont été observés et classés suivant leur morphologie à 140, 160 et 180 jours d'âge ainsi qu'à l'abattage en période post-pubère. Les ovaires caractérisés par la présence de petits follicules (0.19 à 1.5 mm) en nombre restreints et de gros follicules protubérants à la surface de l'ovaire étaient classifiés comme étant du type "grappe de raisin" et ceux ne répondant pas à ces critères étaient classifiés comme étant du type "Autre". La proportion des cochettes ayant des ovaires de type "grappe de raisin" est passée de 57% à 140 jours, à 41% à 160 jours pour ensuite se stabiliser aux alentours de 35% à partir de 180 jours d'âge. Dans l'ensemble les cochettes ayant des ovaires de type "Autre" ont montré une plus grande stabilité du point de vue type morphologique d'ovaires. La distribution folliculaire s'est avérée très différente entre les ovaires de chaque type en période prépubère. Les ovaires de type "Autre" ayant beaucoup plus de follicules et moins de gros follicules tant du point de vue macroscopique (en surface de l'ovaire) que microscopique. Cette différence dans la distribution folliculaire entre les ovaires de type "Autre" et "Raisin" n'a pu être observée en période post-pubère. Il semble alors y avoir implantation d'un mécanisme de régulation du développement folliculaire au moment de la puberté. Probablement pour la même raison, aucune différence dans le taux d'ovulation ou dans le nombre de porcelets nés n'a pu être établie entre les cochettes avec différents types morphologiques d'ovaires. Nous avons aussi tenté d'établir une relation entre ces types morphologiques et des niveaux hormonaux sanguins. De façon non-significative, il s'est avéré que les cochettes avec des ovaires de type "Raisin" avaient des niveaux plasmatiques de testotérine, androstènedione, de progestérone et de LH supérieurs aux cochettes ayant des ovaires de type "Autre". Inversement, les niveaux plasmatiques d'oestradiol et de FSH étaient supérieurs chez les cochettes ayant des ovaires de type "Autre". De fortes variations individuelles dans les niveaux hormonaux ainsi que la faible quantité d'animaux retenus pour les prises sanguines ont toutefois rendus peu probable la détection de différences.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Francesco Grasso
dc.subjectOvaires--Physiologie
dc.subjectOvulation
dc.subjectOrganes génitaux
dc.subjectPorcs--Élevage
dc.titleÉtude des caractères physiologiques associés à la présence de deux types morphologiques d'ovaires chez la cochette post-pubère et la truie primipare
dc.typeMémoire
tme.degree.disciplineBiologie
tme.degree.grantorFaculté des sciences
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM. Sc.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record