Show simple document record

dc.contributor.advisorBourgaux, Pierre
dc.contributor.authorRitzenthaler, Paul
dc.date.accessioned2019-03-22T15:47:39Z
dc.date.available2019-03-22T15:47:39Z
dc.date.created1979
dc.date.issued1979
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/15196
dc.description.abstractDans le but de déterminer les mécanismes, ainsi que le site, d'intégration du génome du virus SV40 dans les chromosomes de fibroblastes humains transformés par ce virus, nous avons été amenés à développer une technique permettant de détecter et de quantifier les séquences de DNA viral, d'une part, dans des cellules de ce type et, d'autre part, dans des cellules somatiques hybrides obtenues par fusion entre des cellules de souris et des cellules humaines fibroblastiques transformées. Il était impératif de pouvoir travailler avec des quantités de cellules aussi petites que possible, afin de procéder à l'examen des génomes intégrés dans les plus brefs délais après le clonage des cellules. La méthode de base choisie a été celle de la cinétique de réassociation (RI - R2) en raison de sa très grande sensibilité potentielle. Pour conférer à cette technique une sensibilité et une maniabilité qui la rendent applicable à de très petites quantités de DNA cellulaire, nous avons axé notre effort sur la mise au point: - d'un dosage spectrofluorimétrique du DNA en présence de bromhydrate d'éthidium (R3). Cette méthode de dosage est très sensible. - d'une technique de détection du DNA réassocié utilisant l'endonucléase S1 d'Aspergillus oryzae, spécifique du DNA a simple chaîne (R4). - d'un marquage in vitro du DNA viral à l'iode 125 permettant d'obtenir des préparations de très haute activité spécifique (R5). Grâce à cette technique, améliorée par nous sur ces trois points, nous avons d'abord pu explorer la réassociation du DNA viral avec lui-même. Ainsi, avons-nous observé que: - la vitesse de réassociation d'un DNA uniformément marqué in vivo au phosphore 32 ou in vitro à l'iode 125 peut être précisément mesurée grâce au développement de la résistance à la digestion par la nucléase S1. Les Cot ½ sont indépendants de la concentration en DNA. - la déviation des données d'une cinétique idéale du second ordre représente probablement la lente réassociation des extrémités monocaténaires subsistant après la première étape de nucléation et d'appariement de deux brins séparés. Par des expériences de reconstruction, nous avons démontré la valeur de la méthode; il nous a été possible de détecter des séquences virales dans des lignées contenant moins d'un génome viral par cellule. Dans le département de microbiologie, ont été isolées un certain nombre de lignées cellulaires humaines transformées par SV40; ces cellules ont été fusionnées avec des cellules de rongeur et des deux types de lignées pour quantifier les séquences de DNA viral présentes: nous avons trouvé une lignée de fibroblastes humains contenant 1,9 génomes équivalents viraux par cellule et une lignée cellulaire hybride ayant 1,5 copie virale par cellule. Ces deux lignées, qui ne contiennent que peu de séquences virales et qui sont strictement non permissives, présentent des caractéristiques très intéressantes pour l'étude du site d'intégration du virus SV40 dans les chromosomes.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Paul Ritzenthaler
dc.titleUne technique très sensible pour la détection et la quantification de génomes viraux intégrés : cinétique de renaturation d'un sonde moléculaire marquée à l'iode 125
dc.typeMémoire
tme.degree.disciplineMicrobiologie
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santé
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM. Sc.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record