Show simple document record

dc.contributor.advisorChon Tam, Le dinhfr
dc.contributor.authorKeroulas, Patrickfr
dc.date.accessioned2014-05-14T19:52:14Z
dc.date.available2014-05-14T19:52:14Z
dc.date.created2009fr
dc.date.issued2009fr
dc.identifier.isbn9780494533994fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/1492
dc.description.abstractCe mémoire constitue l'aboutissement du projet de recherche de Patrick Keroulas et aborde la notion de compression vidéo, domaine en pleine ébullition avec la démocratisation de l'équipement vidéo et des réseaux de télécommunication. La question initiale est de savoir s'il est possible de modifier le contenu de l'image directement dans un flux binaire provenant d'une séquence vidéo compressée. Un tel dispositif permettrait d'ajouter des modifications en n'importe quel point d'un réseau en évitant le décodage et recodage du flux de données, ces deux processus étant très coûteux en termes de calcul. Brièvement présentés dans la première partie, plusieurs travaux ont déjà proposé une gamme assez large de méthodes de filtrage, de débruitage, de redimensionnement de l'image, etc. Toutes les publications rencontrées à ce sujet se concentrent sur la transposition des traitements de l'image du domaine spatial vers le domaine fréquentiel. Il a été convenu de centrer la problématique sur une application potentiellement exploitable dans le domaine de la télédiffusion. Il s'agit d'incruster un logo ajustable en position et en opacité dans un fichier vidéo codé avec la norme MPEG-2, encore couramment utilisée. La transformée appliquée par cet algorithme de compression est la DCT (Discrete Cosine Transform). Un article publié en 1995 traitant de la composition vidéo en général est plus détaillé car il sert de base à cette étude. Certains outils proposés qui reposent sur la linéarité et l'orthogonalité de la transformée seront repris dans le cadre de ce projet, mais la démarche proposée pour résoudre les problèmes temporels est différente. Ensuite, les éléments essentiels de la norme MPEG-2 sont présentés pour en comprendre les mécanismes et également pour exposer la structure d'un fichier codé car, en pratique, ce serait la seule donnée accessible. Le quatrième chapitre de l'étude présente la solution technique mise en oeuvre via un article soumis à IEEE Transactions on Broadcasting. C'est dans cette partie que toutes les subtilités liées au codage sont traitées : la structure en blocs de pixel, la prédiction spatiale, la compensation de mouvement au demi-pixel près, la nécessité ou non de la quantification inverse. À la vue des résultats satisfaisants, la discussion finale porte sur la limite du système : le compromis entre son efficacité, ses degrés de liberté et le degré de décodage du flux.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Patrick Keroulasfr
dc.subjectCodagefr
dc.subjectCompressionfr
dc.subjectMPEG-2fr
dc.subjectDCTfr
dc.subjectImagefr
dc.subjectVidéofr
dc.titleIncrustation d'un logo dans un ficher vidéo codé avec le standard MPEG-2fr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineGénie électriquefr
tme.degree.grantorFaculté de géniefr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record