Show simple document record

dc.contributor.advisor[non identifié]
dc.contributor.authorBkaily, Ghassan
dc.date.accessioned2019-01-23T19:30:41Z
dc.date.available2019-01-23T19:30:41Z
dc.date.created1978
dc.date.issued1978
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/14673
dc.description.abstractLes effets de la lidocaïne ont été étudiés à partir d'un modèle expérimental qui consiste en des cellules ventriculaires de rats nouveau-nés en culture. L'utilisation des cellules cardiaques s'est faite à 10 et à 48 heures après l'explantation. Il a été établi que les caractéristiques de ces deux groupes de cellules sont différentes. En effet, l'électrogénèse des cellules après 48 heures d'explantation correspond à la réponse lente (une électrogénèse insensible à la TTX, sensible au Mn, une activité de pacemaker ectopique et un potentiel de membrane bas). Par contre, l'étude des cellules après 10 heures d'explantation montre une électrogénèse sensible à la TTX, mais déprimée par rapport à celle des tissus intacts (depresses fast response). De plus, ces cellules manifestent une activité de pacemaker dont les mécanismes sont différents des cellules de 48 heures après l'explantation. La lidocaïne, à une concentration thérapeutique (21 mM), n'a pas d'influence sur les cellules après 48 heures d'explantation. Ceci met en évidence que l'effet de l'antiarythmique en question, à une concentration thérapeutique, est nul sur la réponse lente. Cependant, à une concentration élevée (> 400 mM) la lidocaïne provoque une augmentation de la fréquence de battements, causée surtout par une dépolarisation du potentiel diastolique maximum, la pente de la dépolarisation diastolique demeurant toutefois inchangée. Chez les cellules de 10 heures après l'explantation, la lidocaïne, à une concentration thérapeutique, réduit la fréquence de battements surtout par une diminution de la pente de dépolarisation diastolique. On remarque également une dépolarisation du potentiel diastolique maximum, mais son influence sur la fréquence de battements est surcompensée par la diminution de la pente de dépolarisation diastolique. Une étude comparative des propriétés électriques des cellules à 10 heures et après 48 heures d'explantation révèle que le premier groupe présente des propriétés de la réponse rapide déprimée (depressed fast response) et que le second groupe montre des propriétés de la réponse lente. Ces deux groupes de propriétés électriques correspondent à des particularités des cellules cardiaques endommagées à des degrés différents lors d'un événement ischémique. La réponse différentielle de ces deux groupes de cellules cardiaques à la lidocaïne suggère qu'à une dose thérapeutique, l'antiarythmique n'a aucun effet sur les arythmies causées par la réponse lente, tandis qu'il conserve ses propriétés antiarythmiques sur celles qui sont causées par la réponse rapide déprimée.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights©Ghassan Bkaily
dc.titleEffets différentiels de la lidocaine sur les cellules ventriculaires de rat en culture
dc.typeMémoire
tme.degree.disciplinePhysiologie
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santé
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM. Sc.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record