Show simple document record

dc.contributor.advisorMatton, Pierre
dc.contributor.authorAdelakoun, Victor
dc.date.accessioned2018-10-22T18:25:37Z
dc.date.available2018-10-22T18:25:37Z
dc.date.created1980
dc.date.issued1980
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/13987
dc.description.abstractLa dynamique du développement folliculaire fut étudiée durant le cycle oestral de la vache avec l'objectif fondamental de comprendre le mode d'organisation du développement folliculaire pour éventuellement en modifier le cours afin d'obtenir des ovulations doubles en vue de naissances gémellaires. Le marquage â l'encre de chine, des deux plus gros follicules sur chaque ovaire, a permis de suivre l'évolution individuelle de ces follicules tandis que l'électrocautérisation des gros follicules devait permettre de déterminer le comportement des follicules petits et moyens en l’absence des gros follicules. La destruction des gros follicules démontre que l'ovulation n'est pas retardée par la suppression au jour 18, du follicule destiné à ovuler. La chaleur survient en moyenne 3 jours après la destruction des gros follicules au jour 18 et des marques d'une ovulation récente sont observées chez toutes les vaches 24 à 48 heures après l'avènement de la chaleur. La nouvelle ovulation survient sur l'un ou l'autre ovaire, indiquant qu'après la destruction du follicule préovulatoire au jour 18, un autre follicule préovulatoire peut se développer sur l'un ou l'autre ovaire. Cette observation conduit à postuler la sécrétion par le follicule préovulatoire, d'un facteur qui inhibe la croissance folliculaire sur les deux ovaires. Ce facteur atteindrait l'ovaire contralatérale par la circulation générale puisqu'il n'y a pas de communication vasculaire entre les deux ovaires. Le marquage des deux plus gros follicules sur chaque ovaire a montré une augmentation graduelle durant le cycle oestral, du rythme de remplacement des gros follicules. Cette accélération du remplacement des gros follicules est dûe à une accélération simultanée de la croissance et de la régression des follicules. En effet il n'y eut pas de variation notable dans la taille des F1 et F2 identifiés au jour 3 et réexaminés au jour 8. De plus 65% de ces follicules (9F1/10 et 4F2/10) sont demeurés parmi les deux plus gros follicules de leurs ovaires respectifs entre les jours 3 et 8. À l'opposé, seulement 10% des F1 et F2 (1F1/10 et 1F2/10) identifiés au jour 13, sont demeurés parmi les deux plus gros follicules de leurs ovaires respectifs, réexaminés 5 jours plus tard (jour l8), et la taille de ces follicules a diminué de 80% durant cette période.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Victor Adelakoun
dc.subjectGestation--Physiologie
dc.subjectOvaires--Physiologie
dc.subjectOvulation
dc.subjectBovins--Reproduction
dc.titleContributions à l'étude des problèmes relatifs à l'induction de naissances gémellaires chez les bovins
dc.typeThèse
tme.degree.disciplineBiologie
tme.degree.grantorFaculté des sciences
tme.degree.levelDoctorat
tme.degree.namePh.D.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record