Show simple document record

dc.contributor.advisorDurand, Pierre
dc.contributor.authorCoutu-Wakulczyk, Ginette
dc.date.accessioned2018-10-16T16:03:11Z
dc.date.available2018-10-16T16:03:11Z
dc.date.created1993
dc.date.issued1993
dc.identifier.isbn031585071X
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/13732
dc.description.abstractCette étude avait pour but d'évaluer les problèmes d'acuité tactile digitale associés au syndrome de vibration main-bras (SVMB) auprès de mineurs du nord-ouest québécois. En plus, l'étude a permis de dresser un premier profil de l'acuité tactile des récepteurs digitaux dans trois groupes de sujets: un groupe de 42 exposés actuels (Gr I) aux vibrations émanant des outils manuels vibrants professionnels; un groupe de 20 dont l'exposition était antérieure à cette étude (Gr II); et un groupe de 19 sujets non exposés (Gr III). Des taux de prévalence ont été calculés pour les problèmes subjectifs, d'après les échelles du Stockholm Workshop neurosensorielle (SWNS) et vasculaire (SWV), et sur les problèmes objectifs, d'après la mesure de l'acuité tactile par tactométrie. Également, la valeur du tactomètre à titre de moyen de dépistage a été examinée en termes de la sensibilité, spécificité, valeurs prédictives et de concordance entre les échelles SWV et SWNS et la tactométrie. Finalement, nous avons estimé les risques relatifs aux habitudes de vie et de loisirs, de l'âge et de l'histoire de santé afin d'évaluer leur influence possible sur les symptômes du SVMB. Dans cette étude transversale, la taille de l'échantillon (81 sujets) permet de détecter une différence (S) de 41% au plan des symptômes subjectifs, entre les sujets exposés et non exposés, avec une probabilité (?) à 0.05 et une puissance de (1-?) de 0.80. Au plan de la tactométrie, ce nombre permet de détecter une différence (S) de 10 dB (2 écarts-types normalisés - cote Z) avec une probabilité (?) à 0.01 (test unilatéral) et une puissance (1-?) de 0.99. Divers types d'analyses statistiques (analyses de variance univariée, de Scheffé, estimés de risques relatifs, corrélations de Pearson, Eta, Phi) ont été utilisés étant donné la présence de données de valeur continue, en catégories et dichotomiques. Finalement, des analyses de régression multiple et logistique ont servi à faire ressortir des indices et facteurs de risques à retenir pour des études ultérieures. Les résultats ont montré des profils différents (p<0.05) entre les sujets exposés (Gr I et II) et les non exposés (Gr III) au niveau des corpuscules de Pacini (FA II), des corpuscules de Meissner (FA I) et des cellules de Merkel (SA I). Les taux de prévalence à l'échelle SWV étaient de 35.71% pour le Gr I, 50% pour le Gr II, et de 5.26% pour le Gr III; à l'échelle SWNS, la prévalence se situait de 64.29% pour le Gr I, 40.00% pour le Gr II, et 10.53% pour le Gr III. Pour le dépistage, le tactomètre semble prometteur; cependant certaines faiblesses sont apparentes au niveau de la sensibilité et de la concordance, entre les échelles SW et la tactométrie. Les indices et facteurs ressortis les plus probants étaient, pour les FA II, le nombre d'heures d'exposition, le nombre d'années depuis l'arrêt de l'exposition (NACE), et l'âge et pour les SA I, les blessures, le bricolage, l'alcool, l'âge et le NACE.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights©Ginette Coutu-Wakulczyk
dc.titleÉtude de prévalence des problèmes d'acuité tactile digitale auprès de mineurs du Nord-Ouest québécois
dc.typeThèse
tme.degree.disciplineSciences cliniques
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santé
tme.degree.levelDoctorat
tme.degree.namePh.D.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record