Show simple document record

dc.contributor.advisorMatton, Pierre
dc.contributor.authorMaurrasse, Claude
dc.date.accessioned2018-09-07T21:36:43Z
dc.date.available2018-09-07T21:36:43Z
dc.date.created1977
dc.date.issued1977
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/13542
dc.description.abstractLa réactivité utérine à l'oestradiol et à la progestérone a été mesurée chez des rattes immatures et adultes androgénisées avec 1 mg de propionate de testostérone 5 jours après la naissance. Pour ce, nous avons utilisé comme paramètres la réaction déciduale et l'activité de la LDH utérine. En ce qui concerne la réaction déciduale chez les immatures, la réponse est meilleure chez les rattes androgénisées (TP) que ce soit après induction de l'ovulation ou en thérapeutique de remplacement. Chez des rattes adultes, la réaction déciduale est nulle après induction de 1'6vulation avec 8 U.I. (unités internationales) de PMSG (Pregnant Mare Serum Gonadotropin et 5 U.I. de HCG (Human Chorionic Gonadotropin). Il en est de même. en thérapeutique de remplacement débutant immédiatement après l’ovariectomie, avec une combinaison d'oestradiol et de progestérone dans un rapport 1/20000. Toutefois, la progestérone seule permet une décidualisation qui est relativement réduite chez les TP adultes. Par contre, si on permet à l'utérus des TP adultes de ne recevoir aucune stimulation pendant 12-15 jours (repos) après l'ovariectomie et qu'on procède par la suite à un prétraitement avec l’oestradiol suivi du traitement approprié avec la même combinaison d'oestradiol (E 2) et de progestérone (P), la réponse déciduale est augmentée, mais demeure un peu plus faible que chez les rattes normales. Pour ce qui a trait à l'activité de la LDH, l'utérus des· TP immatures répond mieux à une stimulation faible d’ oestradiol (0.03 µg) qu'à une forte stimulation (0,15 µg), Il en est de même avec la progestérone combinée avec l’oestradiol chez les adultes, l'activité totale de la LDH dans l'endomètre est plus faible chez les TP que chez les TE (rattes normales) intactes en oestrus. Si l'ovariectomie se fait le matin de l'oestrus et qu'on débute simultanément la thérapie de remplacement avec 0,2 µg E2 ou 1 µg E 2 , l'activité de la LDH dans l'endomètre diminue considérablement chez les TE et les TP. Toutefois, la diminution est plus grande chez les TP. L'ovariectomie au métoestrus, suivi du traitement avec 0.2 µg E2, maintient l'activité de la LDH au même niveau que celui des rattes intactes en oestrus. Si par ailleurs, l'ovariectomie en oestrus est suivie d'une période de repos de 6 jours, l’activité de la LDH diminue, mais un traitement avec l’oestradiol fait augmenter davantage l'activité de la LDH dans l'endomètre des TE, Un traitement de 3 jours· est plus efficace qu'un traitement de 6 jours chez les TE et les TP. Cependant, les TP se montrent plus réfractaires quand la dose d 1 oestradiol augmente ainsi que la durée du traitement. Quant à la progestérone, elle est moins efficace chez les TP adultes pour faire diminuer l'activité de la LDH dans l'endomètre. Cette inefficacité est plus marquée quand les TP se montrent réfractaires à l’oestra diol. Il appert que l'utérus de rattes androgénisées avec 1 mg de propionate de testostérone, est plus sensible aux oestrogènes et que la réactivité diminuée à la progestérone, est concomitante à une trop grande sensibilité de l'utérus aux oestrogènes. Ce qui suggère que l’androgénisation exerce sur l’utérus un effet primaire et un effet secondaire. L'effet primaire serait médié par une augmentation de la sensibilité de l'utérus à l'oestradiol, alors que l'effet secondaire résultant de la surstimulation de l'utérus serait la conséquence de l'acyclicité responsable des sécrétions continues d’oestrogènes . Ce qui aurait pour effet de diminuer la réponse utérine aux oestrogènes et à 1a progestérone.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Claude Maurrasse
dc.subjectAndrogènes
dc.titleÉtude de la réactivité utérine chez des rattes androgénisées au propionate de testostérone : effets de l'oestradiol-17 f3 et de la progestérone, en terme d'activité de la déshydrogénase de l'acide lactique (LDH) et de réaction déciduale
dc.typeMémoire
tme.degree.disciplineBiologie
tme.degree.grantorFaculté des sciences
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM. Sc.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record