Show simple document record

dc.contributor.advisorLavoie, Stéphane
dc.contributor.advisorQuiroz Martinez, Hector
dc.contributor.authorVincelette, Christianfr
dc.date.accessioned2018-08-31T12:40:59Z
dc.date.available2018-08-31T12:40:59Z
dc.date.created2018fr
dc.date.issued2018-08-31
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/13361
dc.description.abstractProblématique : L’arrêt cardiorespiratoire intrahospitalier (ACRIH) est un évènement rare, mais associé à un taux de mortalité élevé. La survie dépend en grande mesure d’une prise en charge précoce. Face à cela, certains milieux hospitaliers se sont dotés d’ordonnances collectives, permettant aux infirmières de poser des gestes qui excèdent les compressions thoraciques et la ventilation, notamment la défibrillation. Toutefois, cette pratique n’est pas répandue au Québec et très peu d’études portent sur ce sujet au travers de la littérature. Objectifs : cette étude vise 1) à mesurer la compétence des infirmières quant à la réanimation cardiorespiratoire (RCR) et l’identification des tachyarythmies ventriculaires malignes lors d’ACRIH 2) à mesurer la compétence des infirmières quant aux interventions appropriées lors d’un ACRIH induit par une tachyarythmie ventriculaire maligne sans pouls et 3) à examiner les facteurs pouvant avoir une influence sur les deux premiers objectifs. Méthode et déroulement : Une enquête transversale a été entreprise dans les départements de soins intensifs d’un centre hospitalier universitaire tertiaire québécois, où les infirmières ont rempli le Questionnaire de Réanimation Cardiorespiratoire pour Infirmières (NCRS), dont le développement et la validation ont été entrepris, afin de mesurer certains éléments associés à la compétence en RCR et en défibrillation. Ensuite, afin d’évaluer la performance, au travers d’un devis observationnel, des volontaires ayant rempli le questionnaire, stratifiés par rapport à leur certification en réanimation, ont participé à un scénario standardisé d’ACR induit par une fibrillation ventriculaire, en simulation haute-fidélité. Résultats : Plus de la moitié de l’échantillon (66%, n = 54) ont eu un score (≥8/10) quant à leurs connaissances évaluées par le NCRS. Les infirmières ayant une formation en réanimation avancée et qui sont plus confiantes quant à l’initiation de la défibrillation ont de scores différents quant aux connaissances en RCR (p < 0,05). Lors d’un ACRIH simulé, la majorité des infirmières reconnaissent la fibrillation ventriculaire (FV) et la défibrillation comme l’intervention à initier immédiatement (91 %, n = 20). Un délai moyen de 12 secondes est observé entre l’ACR et l’appel à l’aide et de 28,8 secondes avant le début des compressions thoraciques. Les infirmières plus expérimentées et plus âgées appellent à l’aide plus rapidement (p < 0,05). Conclusion : Cette étude, a permis l’analyse du besoin de formation des infirmières de soins intensifs, par l’évaluation de leurs connaissances, attitudes et de leur performance en simulation. Les résultats permettront d’orienter le programme de formation préalable à la mise en place d’une ordonnance collective permettant la défibrillation manuelle par les infirmières des soins intensifs du centre hospitalier participant.fr
dc.language.isofrefr
dc.language.isoengfr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Christian Vincelettefr
dc.subjectSoins intensifsfr
dc.subjectDéfibrillationfr
dc.subjectRéanimationfr
dc.subjectÉvaluation de la compétencefr
dc.subjectSciences infirmièresfr
dc.titleÉvaluation de la compétence des infirmières des soins intensifs en réanimation cardiorespiratoire dans un contexte de tachyarythmies ventriculaires malignes sans poulsfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineSciences cliniquesfr
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santéfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record