Show simple document record

dc.contributor.advisor[non identifié]fr
dc.contributor.authorCyr, Marc-Andréfr
dc.date.accessioned2014-05-14T19:51:24Z
dc.date.available2014-05-14T19:51:24Z
dc.date.created2006fr
dc.date.issued2006fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/1334
dc.description.abstractÀ notre connaissance, personne n'a exploré les effets de modifications aux instructions de rétablissement de l'équilibre sur la limite du rétablissement de l'équilibre. Plus précisément, l'effet de limiter le nombre de pas n'a pas encore été quantifié, rendant la comparaison des études difficile. Être en mesure de limiter le rétablissement de l'équilibre à seulement un pas nous permettrait d'utiliser seulement une plateforme de force pour mesurer les contacts du pied effectuant le pas. Cela améliorerait également la sécurité, puisque nous pourrions alors intervenir à la suite de l'exécution du premier pas, avant que le participant ne sorte de l'espace expérimental sécuritaire. Nous avons déterminé l'angle d'inclinaison maximal vers l'avant duquel 28 jeunes adultes pouvaient être soudainement relâchés et tout de même rétablir leur équilibre en utilisant: (i) un seul pas, (ii) pas plus de deux pas et (iii) aucune limite sur le nombre de pas. En plus de l'angle d'inclinaison maximum, des mesures cinématiques et cinétiques des membres inférieurs ont été effectuées. Des analyses statistiques ont ensuite été effectuées pour évaluer l'impact des trois limites au nombre de pas ainsi que du sexe, de l'âge, de la taille, de la masse, du pied dominant, du nombre de pas et du type d'échec. En premier lieu, l'analyse de la cinématique a démontré que limiter le nombre de pas affectait significativement l'angle d'inclinaison maximum mais d'un maximum de 1 degré seulement, ce qui représente une valeur expérimentalement négligeable. À l'angle d'inclinaison maximal, limiter le nombre de pas affectait aussi significativement le temps de réaction des sujets suivant l'initiation de la perturbation, le premier temps de transfert du poids, le premier temps de foulée, la première vitesse de foulée, la première longueur de foulée et la deuxième vitesse de foulée mais de seulement 8% en moyenne. Cependant, limiter le nombre de pas n'affectait pas les latences musculaires, la première hauteur de foulée, la première largeur de foulée ou les autres variables du deuxième pas. Cette première étude nous a permis de démontrer les fortes similitudes de la cinématique du premier pas en fonction des différentes limites sur le nombre de pas au seuil du rétablissement de l'équilibre. De plus, la grande variabilité des résultats des seconds et troisièmes pas et leur petite amplitude suggèrent que les pas entrepris suite au premier nécessitent moins d'efforts de la part du sujet. Deuxièmement, l'analyse de la cinétique a démontré que limiter le nombre de pas n'affectait pas les moments articulaires normalisés maximums de plus de 0.0083 (équivalent à 10 Nm), à l'exception de la flexion du genou et de la hanche du premier au deuxième impact du talon pour la jambe du premier pas ainsi que la flexion du genou et de la hanche du deuxième décollage de l'orteil à l'impact du talon pour la jambe du deuxième pas. Cependant, ces grands écarts des moments articulaires normalisés maximums sont dus au deuxième pas effectués lorsque le rétablissement de l'équilibre était limité à deux pas ou moins, ou encore lorsqu'aucune limite sur le nombre de pas était appliquée comparé à la situation où un seul pas était alloué pour rétablir l'équilibre. Cette deuxième étude nous a permis de mettre en évidence les fortes similitudes lors de l'exécution du premier pas des moments articulaires normalisés maximums en fonction des différentes limites sur le nombre de pas au seuil du rétablissement de l'équilibre. En somme, nous pouvons conclure que l'utilisation de données expérimentales issues du premier pas sont suffisantes pour l'analyse du risque de chute d'un individu et ce, même si ce dernier effectue plusieurs pas pour rétablir son équilibre. Ainsi, nous avons démontré que même si un individu n'est habituellement pas limité dans le nombre de pas pour rétablir son équilibre, limiter ou non le nombre de pas sont tout aussi valides pour étudier les chutes en utilisant les mesures issues du premier pas.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Marc-André Cyrfr
dc.titleEffets de limites au nombre de pas sur l'habileté à rétablir l'équilibre pour éviter une chutefr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineGénie mécaniquefr
tme.degree.grantorFaculté de géniefr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc. A.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record