Show simple document record

dc.contributor.advisor[non identifié]
dc.contributor.authorCissé Tounkara, Mariame
dc.date.accessioned2018-08-16T16:03:30Z
dc.date.available2018-08-16T16:03:30Z
dc.date.created1991
dc.date.issued1991
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/13278
dc.description.abstractLa création des organisations non gouvernementales, la multiplication des tons villageois, des groupements villageois, les actions engagées par les opérations de développement pour aider les femmes rurales à s'organiser, à adopter de nouvelles techniques de cultures et à améliorer leur productivité, ces coopératives féminines témoignent la volonté de la population à une évolution de la situation socio-économique. A titre d'exemple, depuis quelques années les femmes se montrent plus entreprenantes dans le domaine de la teinture, singulièrement celle qui se fait avec les produits chimiques. C'est le cas de "La Paysanne" une entreprise à vocation commerciale qui a ouvert ses portes en 1975 à Bamako. Initiative entièrement féminine, "La Paysanne" est subventionnée par une organisation non gouvernementale l'A.E.D. (l'Association d'Entraide pour le Développement) qui oeuvre dans le renforcement de la situation économique des femmes. Mais au delà de toutes ces actions entreprises par le gouvernement, un grand problème demeure, le fait de créer des organisations qui ne sont pas fondées sur les besoins profonds des populations. Le résultat: échec des organisations. L'étude de l'aire d'approvisionnement et de l'aire d'écoulement de "La Paysanne" nous permettra de faire ressortir l'importance de cette entreprise dans l'amorce de la restructuration de l'espace malien. L'objectif ultime de ce mémoire n'est pas de traiter la teinture de tissus sous toutes ses formes, mais plutôt de tracer le portrait socio-économique de la participation des femmes au développement à travers l'étude de "La Paysanne". Le renforcement des liens fonctionnels entre ville et campagne favorisé par "La Paysanne" et la volonté des femmes de maintenir ce lien pour la satisfaction des unes et des autres sont les intérêts qui nous ont conduite à choisir le thème de notre mémoire sur "La teinture, instrument de promotion féminine au Mali, le cas de "La Paysanne". Nous avons surtout été motivée dans le choix du sujet par notre désir-de contribuer au renforcement de la position des femmes dans la société malienne. Notre travail s'articule autour de cinq parties. Dans la première partie nous exposons la problématique et les hypothèses. Les deuxième et troisième parties, traitent de la teinture comme stratégie féminine de lutte au sous-développement et de "La Paysanne" comme illustration de cette stratégie. Dans la quatrième partie nous présentons les résultats des enquêtes que nous avons menées auprès des intervenantes de "La Paysanne". La cinquième partie porte sur les perspectives d'avenir. Pour arriver aux résultats qui constituent la trame de ce mémoire, nous avons utilisé la méthodologie suivante: des enquêtes sur le terrain auprès des intervenantes avec comme outil de travail le questionnaire et l'observation personnelle. Les enquêtes se sont déroulées dans cinq centres: Markala, Sirakorola, Doumba, Monzombala et Koyo durant trois mois. Les enquêtes ont été complétées par la recherche de la documentation.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Mariame Cissé Tounkara
dc.titleLa teinturerie, instrument de promotion féminine au Mali : le cas de "La Paysanne
dc.typeMémoire
tme.degree.disciplineSciences géographiques
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humaines
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM. Sc.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record