Show simple document record

dc.contributor.advisorHamouda, Omar F.
dc.contributor.authorGrégoire, Pierre-Etienne
dc.date.accessioned2018-07-27T17:47:31Z
dc.date.available2018-07-27T17:47:31Z
dc.date.created1984
dc.date.issued1984
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/13110
dc.description.abstractPour exhiber cette démarcation méthodologique, ce mémoire comportera quatre parties. En premier lieu, nous proposerons un bref survol de la théorie monétaire qui prévalait avant Keynes. Avec la période pré-classique débute l'histoire de la théorie quantitative de la monnaie. Trois auteurs seront ici privilégiés : Locke, Hume et Cantillon. La période dite classique voit apparaître une controverse entre 'Currency' et 'Banking School'. L'ouvrage de Thornton est particulièrement intéressant; il contient plusieurs idées que l'on retrouvera plus tard chez Keynes. Brièvement ensuite on résumera la contribution de deux grands pionniers en théorie monétaire: Wicksell et Fisher. Pour terminer, la tradition monétaire cambridgienne sera examinée sous l'éclairage des travaux de Marshall, Pigou, Robertson et Hawtrey. Dans un deuxième temps, certains éléments du Tract et du Traité seront exposés; on verra qu'il s'agit de parties hybrides mais tout de même très importantes pour une meilleure compréhension de la pensée de Keynes. Cette section est capitale parce que s'inscrivant en faux contre l'opinion de certains voulant que "nothing in Keynes's previous life or work really quite prepares us for the General Theory (15)". De l 'avis de Samuelson (qui correspond parfaitement à l'opinion générale), le Tract "on its analytical side goes little beyond a quantity-theory explanation in inflation (16)". On verra que ce livre mérite beaucoup plus qu'une simple mention dans le bas d'une page et qu'il constitue un premier maillon solide de la Trilogie monétaire de Keynes. Suite aux nombreuses critiques soulevées suite à la publication du Traité (17), Keynes élaborera, dans un article publié en 1933, une nouvelle problématique. Ce programme de recherche définit une nouvelle théorie monétaire qui ne se limite plus à la détermination du niveau général des prix: la théorie monétaire de production. Cette période, où Keynes se donne un but nouveau sera le point tournant par rapport à son cheminement ultérieurement poursuivi en théorie monétaire. Finalement, une section portera sur la Théorie Générale et ses prolongements.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Pierre-Etienne Grégoire
dc.titleTemps, monnaie et causalité chez Keynes: un essai méthodologique
dc.typeMémoire
tme.degree.disciplineÉconomique
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humaines
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM.A.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record