Show simple document record

dc.contributor.advisorEscher, Emanuel
dc.contributor.authorLaporte, Stéphane
dc.date.accessioned2018-07-27T15:49:25Z
dc.date.available2018-07-27T15:49:25Z
dc.date.created1992
dc.date.issued1992
dc.identifier.isbn0315930314
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/13003
dc.description.abstractL'angioplastie transluminale est devenue une technique chirurgicale très utilisée dans le traitement des maladies artériosclérotiques obstruantes. Malheureusement, l'excellent succès escompté après cette reconstruction vasculaire est annihilé par une resténose fréquente. En effet, un tiers des angioplasties coronnariennes sont suivies d'une resténose qui nécessite la plupart du temps d'autres interventions chirurgicales. Cette resténose est principalement due à une prolifération du muscle lisse de la paroi vasculaire dilatée. Récemment, il a été démontré que des doses élevées d'inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l'angiotensine (ACE) étaient en mesure de prévenir cette formation néointimale chez un modèle animal. La capacité de bloquer la formation excessive de néointima par les inhibiteurs de l'ACE (lACE) nous suggère une implication de l'angiotensine II (Ang II) comme facteur mitogénique, sans toutefois le certifier. En effet, même avec l'application de doses massives d’inhibiteurs de l'ACE (Captopril et Cilazapril), nous n'avons obtenu qu'une réduction partielle de la myoprolifération, de 60%. Les concentrations pharmacologiques élevées de même que les fonctions multiples des inhibiteurs de l'ACE, nous obligeaient donc à utiliser d'autres outils plus spécifiques pour l'identification de l'Ang II comme médiateur mitogénique. L'utilisation du Losartan (DuP 753), un antagoniste spécifique pour les récepteurs angiotensine de type AT1, s'est avéré d'une efficacité comparable à celle des lACE. Ce n'est qu'avec l’infusion locale d'un antagoniste à longue durée d'action, soit le Br5Ang, que nous avons pu obtenir une inhibition myoproliférative quasi-totale (90%). Par ailleurs, l'infusion locale d'Ang II chez des animaux traités au Cilazapril révèle bien l'implication de l'Ang II dans ce phénomène de resténose. En effet, les animaux ainsi traités souffraient d'une occlusion vasculaire totale, résultant d'une prolifération importante des cellules musculaires lisses. L'identification positive de l'Ang II comme médiateur de la resténose myoproliférative et le développement de nouveaux antagonistes seront des avancements majeurs dans le traitement des maladies cardio-vasculaires obstruantes.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Stéphane Laporte
dc.titleL'angiotensine II comme médiateur de la prolifération myointimale post-angioplastique chez le rat
dc.typeMémoire
tme.degree.disciplinePharmacologie
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santé
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM. Sc.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record